DUBOSCQ Yves, Gustave

Par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 4 avril 1911 à Vaux-sur-Aure (Calvados), fusillé suite à une condamnation à mort le 1er octobre 1942 à Saint-Lô (Manche) ; employé SNCF ; résistant, membre des FTPF, homologué aux Forces françaises combattantes (FFC) et aux Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Yves Duboscq était marié avec Yvonne Cruchon et résidait 79 rue du Pont-de-Soulles, à Coutances (Manche). Il était entré aux chemins de fer de l’État en juin 1937 comme facteur mixte et affecté à Caen (Calvados) puis à Cérences (Manche).
Il entra dans la Résistance en février 1942 au front national (FN) à l’initiative de Félix Bouffay, chef de canton principal et militant du parti communiste. Il assura dès le départ la diffusion de la presse et des tracts et centralisa les renseignements d’ordre ferroviaire sur l’ennemi. Dès mars 1942, il fit l’objet d’une surveillance spéciale par les Renseignements généraux (RG).
Il fut arrêté avec son épouse le 7 juillet 1942 à Coutances par la Sipo-SD pour « résistance communiste et terrorisme ». Sa femme fut rapidement relâchée mais Yves Duboscq fut interrogé, frappé puis successivement emprisonné à Cherbourg et Saint-Lô (Manche).
Condamné à mort le 18 septembre 1942 par le tribunal militaire allemand de Saint-Lô (FK 722), Yves Duboscq a été fusillé le 1er octobre 1942 à 7h50 à la caserne Bellevue, à Saint-Lô avec Félix Bouffay, Fernand Charpentier et Léon Theil.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de sous-lieutenant des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la plaque commémorative 1939-1945 de la S.N.C.F. en gare et le monument aux morts, à Coutances, sur le monument aux morts et la plaque 1939-1945 de l’église, à Saint-Jean-le-Thomas, sur le monument commémoratif 1939-1945 à Saint-Lô (Manche) et le monument aux morts, à Vaux-sur-Aure (Calvados).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167779, notice DUBOSCQ Yves, Gustave par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 20 novembre 2014, dernière modification le 12 mai 2021.

Par Delphine Leneveu, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCE : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty) et dossier SHD Vincennes GR 16 P 194799 (nc).— Stéphane Robine dans Cheminots victimes de la répression Mémorial 1940-1945, sous la direction de Thomas Fontaine, Perrin/SNCF, Paris, 2017.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément