BISSOL Léopold

Par Claude Pennetier

Né le 8 octobre 1889 au Robert (Martinique), mort le 18 septembre 1982 à Fort-de-France (Martinique) ; un des créateurs du syndicalisme et du Parti communiste en Martinique ; député (1946-1958).

Léopold Bissol dans les années 1940
Léopold Bissol dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Né de père inconnu et d’une mère cultivatrice qu’il perdit à l’âge de deux ans, titulaire du certificat d’études primaire, ébéniste, Léopold Bissol aida à la renaissance de la Bourse du Travail de la Martinique vers 1924 et fut un des fondateurs en 1936 de l’Union des syndicats de la Martinique (voir Del Joseph*).

En 1937, il fut élu conseiller général-de-Fort de France (il y représentait le PC) et, après la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il fut résistant, il fut élu député de la Martinique en même temps que Aimé Césaire en 1946 et le resta jusqu’en 1958. En mai 1949, il dirigea la commission du PCF chargée de réexaminer les problèmes des Antilles et de la Réunion, commission composée de Raymond Barbé*, Aimé Césaire*, Gerty Archimède* et Rosan Girard*.

Membre fondateur du PC martiniquais, il mourut à l’âge de quatre-vingt-treize ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16781, notice BISSOL Léopold par Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 14 juin 2010.

Par Claude Pennetier

Léopold Bissol dans les années 1940
Léopold Bissol dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946
Léopold Bissol dans les années 1950
Léopold Bissol dans les années 1950
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1956

SOURCES : Cécile Celma, Le Mouvement ouvrier à la Martinique, 1919-1939, Toulouse, 1972. — L’Humanité, septembre 1982. — DPF, 1940-1958, tome 2, 1992.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément