COLIN René, Georges

Par Dominique Tantin

Né le 8 mai 1918 à Pontarlier (Doubs), fusillé le 27 juin 1944 à Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier serrurier ; résistant FTPF.

Fils de Jules Colin manoeuvre et de Louise Françoise Elise Bouraux, sans profession, célibataire, René Colin était domicilié 13 rue Clément-Jeannin à Dijon. Avec son jeune frère Marcel, il était depuis février 1944 membre du groupe de sabotage Joseph des usines Pétolat (matériel ferroviaire). Ce groupe était rattaché aux FTPF, organisation armée du Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France, mouvement de résistance communiste.
Il fut arrêté à Dijon le 26 février 1944 par les autorités allemandes et/ou des auxiliaires français, peut-être des miliciens du groupe Ducas à la suite de plusieurs sabotages dont celui des usines Pétolat sur les transformateurs.
Emprisonné à Dijon, il fut condamné à mort le 26 juin 1944 par le tribunal militaire FK 669 de Dijon et fusillé le lendemain à 6h01 avec son frère Marcel membre du même groupe, arrêté le 3 mars et sept autres résistants.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 20 août 1945
Son nom est gravé sur le Mur des 126 fusillés à Dijon et sur une plaque commémorative située à l’angle de la rue d’Auxonne et du boulevard Mansart sur le pilier d’un immeuble avec l’inscription : « 1939-1945. À la mémoire des enfants des Poussots (quartier de Dijon) morts pour que vive la France », (43 noms) plaque apposée par souscription sous l’égide du Secours populaire français. Sont inscrits également Paul Sirdey et Marcel Colin fusillés tous trois fusillés le même jour à Dijon.
Il a été reconnu Mort pour la France.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167988, notice COLIN René, Georges par Dominique Tantin, version mise en ligne le 30 mars 2015, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). –Arch.dép.Côte-d’Or indiquent naissance à Pontarlier (Doubs) mais recherche état civil infructueuse, (liste des fusillés fournie par Jean Vigreux) . — Mémorial GenWeb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément