JACOB Louis, René [Pseudonyme dans la Résistance : Jac]

Par Julien Lucchini

Né le 23 septembre 1883 à Bordeaux (Gironde), fusillé le 28 juillet 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort ; résistant, membre du réseau Jove.

Fils de Léon Jacob, employé de commerce, et de Marguerite Abaut, sans profession, Louis Jacob vivait à Bordeaux. Il était marié à un Anglaise, Muriel Amy-Ogg, et père de Louis Jacob.
Il était membre du réseau de renseignements Jove, au sein duquel son fils Louis, Robert Jacob* tenait également un rôle important. Suite à l’arrestation de Crassat, qui fut trouvé porteur de documents mentionnant son nom, Louis Jacob fut arrêté le 27 avril 1942. Le lendemain, une perquisition à son domicile eut lieu, et d’autres documents furent trouvés qui conduisirent à l’arrestation de son fils.
Incarcérés tous deux au fort du Hâ (Bordeaux), ils furent condamnés à mort le 6 juillet 1942 et fusillés ensemble le 28 juillet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168057, notice JACOB Louis, René [Pseudonyme dans la Résistance : Jac] par Julien Lucchini, version mise en ligne le 27 novembre 2014, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – État civil en ligne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément