ROYER Marcel, Louis, Henri

Par Julien Lucchini

Né le 29 février 1912 à Aubigné-Racan (Sarthe), fusillé comme otage le 28 juillet 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; chauffeur ; résistant, membre du réseau Jove (FFC).

Fils de Louis Royer, journalier, et d’Henriette Lecloux, ménagère, Marcel Royer était chauffeur à la société de transport La Métropolitaine. Il était marié à Albertine Éveilleau et père d’un enfant ; la famille vivait à Bordeaux (Gironde).
Engagé dans la Résistance dès octobre 1940, il intégra le réseau de renseignements Jove, et prit contact avec la Grande-Bretagne. Suite à l’arrestation de Pierre Crassat, les autorités allemandes l’arrêtèrent au Mans (Sarthe), où vivait sa famille et où il demeurait le temps de vacances. Incarcéré à la prison du Mans puis ramené à Bordeaux, il fut condamné à dix ans de travaux forcés par le tribunal militaire allemand FK 529 de Bordeaux le 22 juillet 1942. Il était alors détenu au fort du Hâ. Toutefois, les autorités allemandes le désignèrent comme otage, et le fusillèrent comme tel le 28 juillet au camp de Souge.
Son nom figure sur le mémorial du camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168061, notice ROYER Marcel, Louis, Henri par Julien Lucchini, version mise en ligne le 27 novembre 2014, dernière modification le 31 janvier 2021.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3 / Boîte 166 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément