MARGUERITEAU Georges, Alphonse

Par Daniel Grason

Né le 26 septembre 1920 à Salins (Seine-et-Marne), fusillé comme otage le 11 août 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; tourneur à Chevilly-Larue (Seine, Val-de-Marne) ; résistant FTPF.

Georges Margueriteau
Georges Margueriteau
Arch. com. Chevilly-Larue

Fils de Marcel, manoeuvre et de Juliette, née Collet, originaires de Salins, Georges Margueriteau vivait chez ses parents 61 route de Fontainebleau, au coin de Sentier La Guinet, à Chevilly-Larue (Seine, Val-de-Marne). En mars 1942, André Bru, ancien conseiller municipal communiste de Villejuif, le recruta ; il fit alors partie d’un groupe FTP, avec François Sautet->87830 qui coupa des fils téléphoniques utilisés par l’armée allemande. Le 4 mai 1942, il attaqua un gardien de la paix pour lui prendre son arme et fut arrêté par des policiers du commissariat de Maison-Blanche (XIIIe arr.).
Arrêté le 6 juin, inculpé de « violences à agent et de complicité de tentative de meurtre », il fut livré aux occupants, puis incarcéré à la prison de Fresnes. Le 5 août 1942, deux grenades furent lancées par des résistants communistes sur des militaires allemands qui s’entraînaient au stade Jean-Bouin (XVIe arr.). Deux furent tués, cinq grièvement blessés et quinze autres blessés. Les occupants allemands décidèrent le 10 août de fusiller quatre-vingt-huit otages au Mont-Valérien.
Le lendemain, Georges Margueriteau fut passé par les armes à 9 h 55 au Mont-Valérien. François Sautet résistant chevillais avait été fusillé à 9h35. Le journal collaborationniste Le Matin annonça le 11 août dans un « Avis » que « pour répondre à chaque attentat [...] 93 otages terroristes qui ont été convaincus d’avoir commis des actes de terrorisme ou d’en avoir été complices » avaient été fusillés. Tous les otages furent incinérés au Père-Lachaise ; Georges Margueriteau fut inhumé le 29 août.

Sa lettre d’adieu ne parvint pas à sa famille.

Le ministère des Anciens Combattants lui attribua la mention « Mort pour la France » le 26 juillet 1946.Il fut décoré à titre posthume de la Croix de guerre , de la Médaille militaire et de la Médaille de la Résistance.

Le conseil municipal de Chevilly-Larue donna le nom de Georges-Margueriteau à la rue ( ex-sentier) La Guinet. Son nom figure sur une plaque commémorative aux victimes de 1939-1945 apposée dans l’église Sainte-Colombe à Chevilly-Larue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168071, notice MARGUERITEAU Georges, Alphonse par Daniel Grason, version mise en ligne le 23 mars 2015, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Daniel Grason

Georges Margueriteau
Georges Margueriteau
Arch. com. Chevilly-Larue

SOURCES : Arch., PPo., 1W 1765, BA 2117. – DAVCC, Caen, Otage-B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Le Matin, 11 août 1942. – Marc Ellenberger, archiviste de Chevilly-la-Rue . — Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément