HUBER Auguste

Par Daniel Grason

Né le 12 décembre 1912 à Elberfeld (Allemagne), fusillé par condamnation le 18 février 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ; droit commun.

De nationalité française, fils de Louis Huber et de Catherine, née Trautmann, Auguste Huber était hébergé par un ami 21 rue Victor-Massé à Paris (XVIIIe arr.). Le 7 juillet 1942, accompagné de deux complices dont l’un était revêtu d’un uniforme de sous-officier de l’armée allemande, Auguste Huber se présenta en tant que policier français au domicile de Van Hoeck, dentiste. Sous le couvert d’une perquisition, les trois hommes emportèrent 900 000 francs.
Le 10 juillet, Auguste Huber fut interpellé, consigné au Dépôt, puis pris en charge par les autorités allemandes le 16 juillet. Incarcéré au Cherche-Midi à Paris (VIe arr.), prison administrée par les Allemands, il comparut le 18 janvier 1943 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.).
Condamné à mort pour « vols et banditisme », il fut passé par les armes le 18 février 1943 à 15 h 27 au Mont-Valérien avec trois autres droits communs : Auguste Boulard, Alexis Lebeaupin et Cornelius Lenaerts . Il fut inhumé au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) le 18 février 1943 division 47, ligne 1, n°24 puis transféré le 18 janvier 1950 à Strasbourg.
En 1949, ses parents, domiciliés dans le Haut-Rhin, demandèrent une pension au titre de victimes de guerre. Une enquête fut ouverte par les Renseignements généraux pour « déterminer les motifs et les circonstances de l’arrestation ».
La commission d’histoire du Mont-Valérien, réunie le 23 novembre 2001, décida de supprimer de la liste officielle huit noms dont le sien, quatre anciens de la LVF et quatre droits communs ; nos biographies correspondent à trois droits communs et cinq déserteurs de la Légion des volontaires français condamnés comme droits communs.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168083, notice HUBER Auguste par Daniel Grason, version mise en ligne le 29 novembre 2014, dernière modification le 5 juin 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 1W 1350. — DAVCC, SHD Caen, Liste S 1744-18/43 (Notes Thomas Pouty), AC 21 P 464 224. — Serge Klarsfeld, Léon Tsévéry, Les 1 007 fusillés du Mont-Valérien parmi lesquels 174 Juifs, Éd. Association FFDJF, 1995. — Note Annie Pennetier. — Répertoire des fusillés inhumés au cimetière parisien d’Ivry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément