MERLE Léopold, Henri, Joseph

Par Daniel Grason

Né le 17 décembre 1899 à Paris, fusillé comme otage le 2 octobre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; contremaître ; militant communiste ; résistant FTPF.

Graffiti de la Chapelle des Fusillés au Mont-Valérien.
ONACVG Mont-Valérien

Fils de Joseph, employé d’octroi et de Céline, née Bellon, sans profession, Léopold Merle militait au Parti communiste avant la guerre. Il était contremaître à l’entreprise l’Incombustibilité. Il épousa Yvonne Bourneuf le 11 avril 1942 en mairie du XIVe arrondissement, le couple avait un enfant. Léopold Merle fut arrêté le 16 mai 1942 pour « détention d’armes et confection d’engins explosifs ». Il fut incarcéré au fort de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis).
Le 28 septembre 1943 vers 9 h 20, l’équipe spéciale des FTP-MOI parisiens composée de Marcel Rajman, Celestino Alfonso et de Leo Kneler était rue Pétrarque (XVIe arr.). Julius Ritter général SS, responsable de l’envoi des jeunes Français pour le STO, sortait de son domicile en automobile. Alfonso tira. Ritter tenta de sortir par l’autre porte et Rajman tira à trois reprises.
Sous le titre « Les représailles contre les actes terroristes » le quotidien collaborationniste Le Matin publia un très bref communiqué : « Les attentats et les actes de sabotage se sont multipliés en France ces derniers temps. Pour cette raison 50 terroristes, convaincus d’avoir participé à des actes de sabotage et de terrorisme ont été fusillés le 2 octobre 1943 sur l’ordre du Höherer SS und Polizeiführer. »
Cinquante otages furent passés par les armes au Mont-Valérien le 2 octobre 1943 dont Léopold Merle qui fut incinéré au cimetière du Père-Lachaise, puis inhumé le 22 octobre au cimetière parisien de Bagneux.
Le ministère des Anciens Combattants lui attribua la mention « Mort pour la France » le 10 avril 1946.
Son nom est gravé sur le monument cloche du Mont-Valérien.
Son graffiti de la chapelle du Mont-Valérien :
« MERLE Léopold
6 bis passage Dareau 14e
arrêté le 16-5-42 fusillé le 2-10-43 »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168085, notice MERLE Léopold, Henri, Joseph par Daniel Grason, version mise en ligne le 29 novembre 2014, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Daniel Grason

Graffiti de la Chapelle des Fusillés au Mont-Valérien.
ONACVG Mont-Valérien

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117. – AVCC, Caen, otage-B VIII dossier 6 (Notes Thomas Pouty). – Le Matin, 4 octobre 1943. – S. Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Paris (XIVe arr.).— Site du Mont-Valérien.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément