ARNOUX Victor

Par Jean-Marie Guillon

Né le 11 mai 1889 à Barrême (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), exécuté le 18 juillet à Chaudon-Norante (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; officier du génie ; Organisation de résistance de l’Armée (ORA).

Mézel (Alpes-de-Haute-Provence), stèle à la mémoire de Victor Arnoux et Gérard Pierre-Rose
Mézel (Alpes-de-Haute-Provence), stèle à la mémoire de Victor Arnoux et Gérard Pierre-Rose

Fils de Désiré Arnoux, boulanger à Barrême, et d’Ermenssienne Arnoux, ouvrière tailleuse, marié le 30 septembre 1913 avec Marguerite Richard, Victor Arnoux reçut une formation de menuisier. Engagé pour trois ans dans le 7e régiment du Génie le 3 octobre 1908, il fit carrière dans l’armée jusqu’au 1er octobre 1936, gravissant peu à peu les grades de sous-officier jusqu’à celui d’adjudant-chef, le 15 mai 1916. Sa conduite au cours de la guerre 1914-1918 lui valut d’être deux fois cité, le 9 mai 1916 et le 5 novembre 1918, après avoir été gazé et blessé. Il accéda après la guerre au corps des officiers, devenant sous-lieutenant le 2 octobre 1925, lieutenant 2 ans après, puis capitaine le 25 juin 1932. En poste en Afrique du Nord (26e Bataillon du Génie) d’avril 1911 à mars1912, il effectua ensuite toute sa carrière en métropole, notamment au 1er Régiment du Génie à Strasbourg (Haut-Rhin). Entre autres décorations, françaises et italiennes, il était titulaire de la Croix de guerre, de la Médaille militaire et de la Légion d’honneur (8 juillet 1932). Mobilisé en 1939 au 1er régiment du Génie à Strasbourg, il participa aux combats en Belgique et sur la Somme (ce qui lui valut une nouvelle citation, le 22 octobre 1941). Replié en Angleterre, il retourna en France, à Brest (Finistère). Il fut démobilisé le 31 août 1940 et fit valoir ses droits à la retraite. Il se retira à Digne (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence).
Lorsque les maquis se constituèrent en 1943, résidant alors à Mezel (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), il fit partie de leurs soutiens. Il fut incorporé dans l’ORA à partir du 31 octobre 1943. Il fut arrêté, le 18 juillet 1944, alors que les Allemands (régiment de sécurité, Sipo-SD de Digne et groupe Schwin de la 8e compagnie Brandebourg) tentaient de reprendre le contrôle de la route Napoléon. Sa maison fut brûlée après avoir été pillée. Le chef du maquis Fort-de-France, le capitaine Gérard Pierre-Rose Manfred, soufrant d’une entorse, fut arrêté lui aussi alors qu’il se cachait à Mézel. Les deux hommes furent maltraités. Ils furent abattus à la Barre d’Auran (commune de Barrême), après d’autres otages auparavant, exécutés le long de la route, en représailles des attaques subies par la colonne allemande dans sa progression

Il obtint le statut de « Mort pour la France » et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 8 février 1962.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168129, notice ARNOUX Victor par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 1er décembre 2014, dernière modification le 4 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

Mézel (Alpes-de-Haute-Provence), stèle à la mémoire de Victor Arnoux et Gérard Pierre-Rose
Mézel (Alpes-de-Haute-Provence), stèle à la mémoire de Victor Arnoux et Gérard Pierre-Rose

SOURCES : Mémoire des hommes SHD Vincennes GR 16 P 18279 et DVACC 21 P 9296 (nc). ⎯ archives privées. — Le Patriote bas-alpin n°56, 11 août 1945. Jean, Gracin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983 ; Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–Commission départementale de l’Information historique pour la Paix des Alpes-de-Haute-Provence, 1992, Bernard Valentini et alii, Histoire du maquis Fort-de-France, Alpes-de-Haute-Provence. Le pont est voûté, Paris, Editions le Manuscrit, 2014.⎯ état civil et registre des matricules militaires.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément