BUSSIÈRE Edmond, Maurice, Albert

Par Michel Gorand

Né le 22 février 1918 à Vicq (Allier), mort le 27 octobre 2008 à Chamalières (Puy-de-Dôme) ; facteur puis sous-chef de gare ; délégué du personnel ; militant de la JOC et syndicaliste CFTC puis CFDT du Puy-de-Dôme puis de l’Allier, secrétaire général adjoint de l’Union Sud-Est CFTC (1945-1948) ; membre de l’ACO.

Petit-fils d’un cultivateur du côté maternel et fils d’un employé au chemin de fer qui travaillait à la compagnie du PO, Edmond Bussière, titulaire d’un brevet industriel, commença à travailler comme ébéniste en 1934, puis entra au PLM comme facteur aux écritures en janvier 1937. Il fit toute sa carrière à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et la termina à Vichy comme sous-chef de gare principal le 1er mars 1973.

Edmond Bussière adhéra au syndicat des cheminots CFTC de Clermont en février 1937, prenant une part active à la mise en place et au fonctionnement du syndicalisme clandestin après la dissolution des syndicats en août 1940. Il lutta contre le syndicat unique et la Charte du travail et échappa de peu à l’arrestation en mars 1944.

À partir du 1er janvier 1945 et jusqu’en août 1948, il fut mis en disponibilité syndicale sans solde pour redémarrer l’Union Sud-Est et mettre en place une union départementale interprofessionnelle. Dès mars 1945, il fut élu secrétaire général adjoint de l’Union Sud-Est et lors du 20e congrès de la Fédération des cheminots CFTC en juin 1946, il devint membre du conseil fédéral au titre de l’Union. Il resta secrétaire général adjoint de l’Union de mars 1945 à août 1948, date de sa reprise de service à la SNCF.

Edmond Bussière fut, pendant vingt ans, délégué du personnel CFTC puis CFDT et siégea à tous les niveaux de délégation existant à la SNCF, y compris auprès du directeur général et également au conseil de discipline, au conseil de réforme, au comité d’activités sociales et fut élu au comité mixte professionnel régional.

Vivant à Chamalières (Puy-de-Dôme) après sa retraite, il siégea dans les organismes syndicaux de retraités à Clermont-Ferrand, prit une part active à la mise en place de l’Union régionale des retraités cheminots, puis de l’Union régionale des Transports et de l’Équipement CFDT. Il reçut la Légion d’honneur en décembre 1983.

Marié en novembre 1944 à Clermont-Ferrand avec Marie-Jeanne Garrouste, père de trois enfants, Edmond Bussière avait milité à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et à l’Action catholique ouvrière (ACO) avec son épouse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1682, notice BUSSIÈRE Edmond, Maurice, Albert par Michel Gorand, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 3 mai 2020.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Le Cheminot de France. — Correspondances avec le militant, 1998. — Témoignage de Paul Butet. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément