FRANSA Charles [parfois FRANZA]

Par Louis Botella

Ouvrier d’État à la Manufacture des Tabacs de Nice ; syndicaliste CGT puis autonome des Alpes-Maritimes.

Au début novembre 1897, Charles Fransa remplaça Bonnefassi au poste de secrétaire du syndicat des ouvriers et ouvrières de la manufacture des tabacs de Nice, qui démissionna à la suite d’un conflit entre la Bourse du Travail de Nice et la municipalité. A partir d’octobre 1900 au moins, il en devint le président. A partir de 1905, il siégeait au conseil d’administration de la Bourse du travail.

En 1902 il constitua un syndicat dissident qui ne fut pas accepté par le congrès fédéral, pas plus d’ailleurs que le syndicat non-dissident qui n’avait cependant pas encore payé de cotisations à la fédération. En raison de l’affiliation de son syndicat à l’Union des syndicats des tabacs de France, considérée comme une organisation "jaune", Charles Fransa et son syndicat furent exclus, en janvier 1910, de la bourse du travail de Nice.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168264, notice FRANSA Charles [parfois FRANZA] par Louis Botella, version mise en ligne le 8 décembre 2014, dernière modification le 7 février 2021.

Par Louis Botella

SOURCE : L’Union syndicale, organe officiel de la Bourse du travail de Nice et des syndicats s’y rattachant, octobre 1900, août 1902, janvier 1905, février 1910 (BNF, Gallica). — Le Parti ouvrier, 5 décembre 1897, 3 août 1902. — Notes de Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément