RAZEAU Jean

Par Julien Lucchini

Né le 1er décembre 1909 à Lacanau (Gironde), fusillé comme otage le 21 septembre 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; chaudronnier ; militant communiste dans la clandestinité.

Fils de Jean Razeau, maçon, et de Jeanne-Léontine Détrieux, lisseuse, Jean Razeau, frère d’Edgard Razeau, fut adopté par la Nation en septembre 1920. Ancien salarié de Delort et Thibault, il était chaudronnier aux Chantiers navals de Gironde. Il vivait à Bordeaux (Gironde), où il s’était marié le 20 avril 1929 avec Jeanne, Yvonne Colomes, et était père de trois enfants.
Militant communiste, il poursuivit ses activités dans la clandestinité après l’interdiction du Parti communiste. Si l’on en croit des sources policières qui suivirent son arrestation, il était en lien direct et personnel avec le chef du Parti communiste clandestin pour la région Sud-Ouest, et était noté comme « haut placé » dans l’organisation du parti clandestin.
Le 9 décembre 1941, il fut arrêté à son lieu de travail par la police française. Il était alors porteur d’un tract intitulé « Pour le salut de la France » et d’une brochure, Karl Marx, travail, salarié et capital. Jugé par la Section spéciale, il fut acquitté faute de preuves. Néanmoins, sur ordre de Pierre Poinsot et des autorités allemandes, il fut maintenu en détention au fort du Hâ ou au camp de Mérignac (Gironde), et désigné comme otage. C’est comme tel qu’il fut passé par les armes le 21 septembre 1942 avec son frère Edgar au camp de Souge, en représailles à l’attentat du cinéma Rex, à Paris.
Son nom figure sur le mémorial du camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168271, notice RAZEAU Jean par Julien Lucchini, version mise en ligne le 12 janvier 2015, dernière modification le 19 mai 2021.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément