PORTIER Abel [PORTIER Alexandre, Isidore, dit]

Par Julien Lucchini

Né le 15 décembre 1882 à Authon (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), fusillé comme otage le 21 septembre 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; cultivateur ; militant communiste ; résistant FTPF, membre de l’Organisation civile et militaire (OCM).

Fils de Pierre Portier, cultivateur, et d’Adèle Girard, Alexandre Portier vivait à Aujac (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), où il exerçait le métier de cultivateur. Veuf, il était père de deux enfants. Avant guerre, il avait été trésorier de la section locale du Parti communiste.
Il poursuivit ses activités militantes sous l’Occupation, et devint responsable de la résistance locale. Membre de l’OCM, il œuvra à la récupération d’armes et d’explosifs parachutés par l’aviation britannique. Dénoncé, il fut arrêté en même temps que son fils Marc* le 12 août 1942, et incarcéré au fort du Hâ (Gironde). Désignés comme otages, le père et le fils furent tous deux fusillés comme tels le 21 septembre suivant au camp de Souge, en représailles à l’attentat du cinéma Rex, à Paris.
Son nom figure sur les monuments aux morts de Saint-Laurent-Médoc (Gironde) et d’Aujac, ainsi que sur le mémorial des fusillés de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168285, notice PORTIER Abel [PORTIER Alexandre, Isidore, dit] par Julien Lucchini, version mise en ligne le 8 décembre 2014, dernière modification le 11 août 2017.

Par Julien Lucchini

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément