RIFF Paul

Par Laurent Thiery

Né le 14 novembre 1920 à Strasbourg (Bas-Rhin), fusillé le 28 mars 1944 au fort de Bondues (Nord) ; membre du réseau Vélites Thermopyles.

Âgé de dix-neuf ans, Paul Riff s’engagea en 1939 comme volontaire dans l’armée française. Fait prisonnier de guerre en 1940, il fut passagèrement occupé au service d’architecture de la ville de Bordeaux (Gironde). En tant qu’Alsacien, la Wehrmacht l’incorpora de force dans le bureau militaire de la ville de Strasbourg. Le 3 novembre 1943, il fut versé au 356e Bataillon de grenadiers à Prassnitz. Depuis le 3 décembre de la même année, il était porté déserteur de son unité.
Entre-temps, au milieu de l’année 1943, Paul Riff rejoignit le réseau de Résistance Vélites Thermopyles, en fournissant des renseignements par son emploi à Bordeaux. Recherché comme déserteur de la Wehrmacht, il entra dans la clandestinité complète à la fin de l’année 1943. Il fut alors envoyé par son chef de secteur, Jean Danaux, sur les côtes du Nord, comme agent d’information volant. Plus particulièrement chargé d’espionner les constructions spéciales allemandes dans la Somme, il fut arrêté le 11 février 1944 à Amiens (Somme). Blessé au cours du bombardement de la prison lors de l’opération Jéricho, il fut hospitalisé le 21 février, avant d’être à nouveau transféré, trois jours plus tard, à la citadelle de la ville.
Mais comme son activité résistante relevait de la compétence de « l’ange gardien des V1 », il fut envoyé à la prison de Loos-lès-Lille (Nord) pour comparaître devant le tribunal spécial du 65e corps d’armée. Condamné à mort le 28 mars 1944, à la citadelle de Lille, il a été fusillé le même jour dans le plus grand secret au fort de Bondues en même temps qu’un certain Hubsch dont on ne sait rien à ce jour.
À la Libération, début septembre 1944, lors de l’exhumation des corps des soixante-huit fusillés du fort de Bondues, il y eut un inconnu à la fosse 63. La découverte de son nom sur une liste des tombes permit soixante-dix ans plus tard qu’il soit enfin identifié.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168308, notice RIFF Paul par Laurent Thiery, version mise en ligne le 8 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Laurent Thiery

SOURCES : DAVCC, Caen, Dossier 21p531085. – Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord de la France (1940-1944), Lille, Presses du Septentrion, 2013, p. 239-256. – Fonds « Michel Rousseau » (La Coupole).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément