RATO Antonio

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 16 juin 1906 à San Vincente de Beira (Portugal), fusillé le 8 juin 1944 au lieu-dit Le-Trou-de-Chirac, sur la commune de Montgueux près de Troyes (Aube) ; bûcheron ; résistant au sein des FTPF.

Antonio Rato était bûcheron à La Coudre près d’Auxon, dans l’Aube. Il faisait partie de la compagnie de Francs-tireurs et partisans (FTP) dirigée par Robert Massé, qui compta soixante-dix combattants répartis en trois détachements, eux-mêmes divisés en groupes de combat. La compagnie menait des opérations consistant avant tout en la destruction de sacs destinés à la réquisition des grains et en attaques à main armée contre des centres de distribution de tickets d’alimentation. Elle se déplaçait constamment fin 1943 et début 1944, craignant une attaque des Allemands ou des Groupes mobiles de réserve (GMR).
Durant cette période, le commandant Robert Massé (âgé de vingt ans en 1944) procéda à l’élimination de plusieurs personnes soupçonnées de collaboration. Puis il y eut l’affaire du château de Bois-Gérard : Robert Massé emmena ses hommes armés rançonner le châtelain de Bois-Gérard, M. Bazin, qui était à la fois un grand propriétaire terrien fortuné et un sympathisant notoire de la Résistance. En tentant de répliquer avec une arme à feu, M. Bazin fut abattu, ainsi que sa dame de compagnie et son garde-chasse, par les hommes de Robert Massé. Cet événement créa une vive émotion dans la région, ternissant aux yeux de la population le prestige des combattants de la Résistance. Robert Massé, dont la malhonnêteté était une évidence pour ceux qui le côtoyaient, fut arrêté le 25 février 1944 ; il a été fusillé à la prison de la Santé (Paris, XIVe arr.) le 30 avril 1944.
De son côté, Antonio Rato fut arrêté au printemps 1944 et incarcéré à Troyes (Aube). Il expliqua le 31 mai 1944 devant la cour martiale allemande de Troyes qu’il avait fait partie de l’équipe chargée de rançonner le châtelain de Bois-Gérard et qu’il y avait participé contraint et forcé.
Le tribunal militaire allemand FK 533, réuni à Troyes, le condamna à mort le 31 mai 1944 comme franc-tireur et pour actes de terrorisme.
Il a été fusillé le 8 juin 1944 sur la colline de Montgueux, à l’ouest de Troyes, avec quatorze autres camarades des FTP de l’Aube, provenant ou non de maquis.


Voir Le-Trou-de-Chirac, commune de Montgueux

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168310, notice RATO Antonio par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 9 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Jean-Paul Nicolas

SOURCE : Contribution de Sébastien Touffu, L’affaire du Bois-Gérard in CDrom La Résistance dans l’Aube, AERI-CRDP Champagne-Ardenne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément