PIGUET Henri, Raymond

Par Delphine Leneveu

Né le 15 octobre 1922 à Héricourt (Haute-Saône), fusillé le 1er octobre 1942 à la citadelle de Verdun (Meuse) ; manœuvre en maçonnerie ; résistant.

Fils d’Édouard Piguet, mouleur, et de Germaine (née Herner), dévideuse, Henri Piguet, célibataire, résidait à Commercy (Meuse).
Dès l’été 1940, il forma un groupe chargé de récupérer des armes et munitions. Au mois d’avril 1942, ce groupe se constitua probablement en formation de Francs-tireurs et partisans français (FTPF) mais il n’y a aucune trace de son appartenance aux FTPF dans son dossier.
Il fut arrêté le 11 septembre 1942 à Commercy pour « détention illégale d’armes et chasse prohibée avec arme à feu ». La Feldgendarmerie, en perquisitionnant chez lui, découvrit, entre autres, une mitrailleuse lourde, plusieurs fusils et plus de 3 000 cartouches. Il semble avoir été arrêté en même temps que d’autres dont certains furent déportés. Il fut interné à la prison de Commercy puis Verdun.
Condamné à mort au mois de septembre 1942 par le tribunal militaire allemand (FK 590) de Bar-le-Duc, Henri Piguet a été fusillé le 1er octobre 1942 à la citadelle de Verdun.
Il obtint la mention d’Interné Résistant comme ses camarades déportés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168414, notice PIGUET Henri, Raymond par Delphine Leneveu, version mise en ligne le 11 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Delphine Leneveu

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – État civil.

Version imprimable Signaler un complément