LAURÉ Fernand, Edmond

Par Claude Delasselle

Né le 10 juillet 1922 à Sépeaux (Yonne), fusillé par les Allemands le 2 mai 1944 après condamnation à mort, au champ de tir d’Égriselles, commune de Venoy (Yonne) ; ouvrier agricole ; Corps franc du groupe Bayard affilié à Libé-Nord.

Fernand Lauré était le fils d’Edmond et Marguerite Lauré, qui exploitaient la ferme des Chartreux à Béon, dans la région de Joigny (Yonne). Il était marié et père d’un enfant,
Il fut arrêté par les Allemands en même temps que ses parents, le 18 mars 1944, et interné ce même jour à la prison d’Auxerre. Accusé comme ses parents de détention d’armes et de munitions et d’hébergement de réfractaires, il fut condamné à mort le 22 avril 1944 par le tribunal FK 745 d’Auxerre et fusillé en même temps que son père Edmond et trois autres membres de ce groupe, Gérard Bouquier, René Deharbe et Roger Thureau, au champ de tir d’Égriselles, le 2 mai 1944.
Sa mère, Marguerite Lauré, fut déportée et mourut en déportation à Mauthausen (Autriche) le 25 février 1945.
Son nom est gravé sur la stèle des fusillés d’Égriselles et sur le monument aux déportés et internés fusillés de l’Yonne à Auxerre.
Il a obtenu à titre posthume le titre d’interné-résistant et la carte de combattant volontaire de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168445, notice LAURÉ Fernand, Edmond par Claude Delasselle, version mise en ligne le 12 décembre 2014, dernière modification le 19 mars 2017.

Par Claude Delasselle

SOURCES : DAVCC, Caen. – Arch. Dép. Yonne, 33J18 (registre d’écrou de la prison d’Auxerre). – Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée, ANACR Yonne, 1990, p. 296. – ONAC-VG Yonne (dossier de demande de la carte CVR).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément