DE BEAUFORT Henri, Alexander

Par Delphine Leneveu, Michel Thébault

Né le 3 octobre 1915 à Brummen (Pays-Bas), fusillé après condamnation à mort le 9 avril 1942 à Dijon (Côte-d’Or) ; de nationalité hollandaise ; journaliste ; résistant.

cimetière militaire d’Orry-la-Ville
cimetière militaire d’Orry-la-Ville

Henri de Beaufort était originaire d’Eerbeek, un village appartenant à la commune néerlandaise de Brummen. Il était au début des années 40 domicilié à La Haye (Pays-Bas), où il exerçait la profession de journaliste. Un grand nombre de jeunes néerlandais tenta de rejoindre les forces alliées par mer, mais aussi par des filières terrestres en particulier en direction de la Suisse. Les sources diffèrent sur le parcours d’Henri de Beaufort. Il tentait peut-être (fiche néerlandaise. op. cit.) par une de ces filières de rejoindre les Indes orientales néerlandaises (actuelle Indonésie) pour rejoindre l’armée coloniale néerlandaise, afin de lutter contre l’armée japonaise, après l’attaque japonaise du 10 janvier 1942. Il était peut-être aussi (dossier AVCC), un agent action et renseignement militaire du gouvernement néerlandais en exil, en route pour la Suisse pour atteindre l’Angleterre Il semble que plusieurs filières aient existé dans l’est de la France, l’une passant par Dijon et la Côte-d’Or, grâce à un passeur français Camille Chevalier qui aidait les militaires alliés cherchant à rejoindre dans un premier temps la Suisse. Vraisemblablement, une autre filière d’évasion fonctionnait également par Bruxelles, Nancy et Belfort. Il y eut donc des condamnations à mort de jeunes néerlandais arrêtés, par les tribunaux militaires allemands de Dijon et de Besançon. Henri de Beaufort fut arrêté le 4 mars 1942 à Jougne (Doubs) avant le poste-frontière.
Il fut condamné à mort le 7 avril 1942 par le tribunal allemand Bez. Chef C de Dijon pour « détention d’armes » et fusillé le 9 avril 1942 à Dijon avec Charles Laurey et Victor Makatita, deux autres Néerlandais.
Henri de Beaufort reçut à titre posthume la Croix commémorative de la résistance et fut inhumé après la guerre au cimetière militaire néerlandais d’Orry-la-Ville (Oise) parmi les tombes de 114 néerlandais dont les corps furent regroupés en ce lieu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168596, notice DE BEAUFORT Henri, Alexander par Delphine Leneveu, Michel Thébault, version mise en ligne le 18 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Delphine Leneveu, Michel Thébault

cimetière militaire d'Orry-la-Ville
cimetière militaire d’Orry-la-Ville
Version imprimable Signaler un complément