FERRY Marcel

Par Joël Drogland

Né le 5 septembre 1895 à Dracy-sur-Ouanne (Yonne), fusillé par les Allemands comme otage le 30 avril 1942 au champ de tir d’Égriselles, commune de Venoy (Yonne) ; ouvrier ; résistant communiste (Front national).

Marcel Ferry
Marcel Ferry
Collection ARORY

Fils de Alexandre Ferry, cantonnier, et de Léonie Rapin, sans profession, Marcel Ferry fut ouvrier métallurgiste et était employé comme manœuvre au pont de la RN6 à Champs (près d’Auxerre) au moment de son arrestation. Il s’était marié le 25 aoû t1923 à Saint-Cyr-les-Colons (Yonne) avec Émilienne Cordier, institutrice à Vaux (près d’Auxerre) et militante communiste. Le couple résidait dans le logement de fonction de l’école et avait deux enfants.
Militant communiste, Marcel Ferry avait adhéré au Front national en septembre 1941. Son dossier de CVR (carte obtenue le 4 janvier 1961) mentionne comme activités résistantes : « Hébergement de responsables, organisation et recrutement de la Résistance armée, renseignement militaire », sans qu’il nous soit possible de préciser en quoi consistèrent les deux dernières activités citées.
Le couple Ferry avait reçu et hébergé Jean-Pierre Ringenbach lorsqu’il devint le nouvel interrégional du Parti communiste. Lorsque celui-ci dénonça les résistants qu’il connaissait à la fin du mois de février 1942, il mentionna « le mari de l’institutrice de Vaux » dont il ne connaissait pas le nom. Les Allemands, qui connaissaient mal les lieux, arrêtèrent le mari de l’institutrice d’Augy, village voisin, et mirent trois semaines avant de comprendre leur erreur. Marcel Ferry ne fut donc arrêté que le 28 mars 1942, trois semaines après les autres résistants communistes dénoncés par Ringenbach. Il fut interné à Troyes puis transféré à Auxerre où il fut traduit devant le tribunal militaire allemand, et condamné à mort. Il a été fusillé comme otage le 30 avril 1942 avec les résistants communistes (Claude Aillot, René Louis, Émile Tabarant) en représailles à un attentat commis à Moult-Argences le 16 avril 1942.
Marcel Ferry a reçu la mention « Mort pour la France », nom est gravé sur la stèle des fusillés d’Égriselles et sur le monument des déportés et des internés fusillés de l’Yonne à Auxerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168604, notice FERRY Marcel par Joël Drogland, version mise en ligne le 7 mars 2016, dernière modification le 20 octobre 2020.

Par Joël Drogland

Marcel Ferry
Marcel Ferry
Collection ARORY

SOURCES : AVCC, Caen. – Arch. Nat., Z6 NL/19510, dossier d’instruction du procès Ringenbach. AJ/40/927, dossiers 398 141 G, compte rendu des autorités allemandes. – Arch. Dép. Yonne, 1W29, comptes rendus d’événements locaux adressés par le préfet au ministre de l’Intérieur (1941-1944) ; 1W35, état des arrestations opérées par les autorités françaises pour activités antinationales. – ONAC-VG Yonne (dossier de demande de carte CVR). – Robert Bailly, Les feuilles tombèrent en avril, Éd. Sociales, Montrouge, 1977, 2e éd. 1984. – Robert Bailly, Si la Résistance m’était contée..., ANACR Yonne, 1990. – Roger Pruneau, Contribution à l’histoire du département et de la Résistance dans l’Yonne pendant la guerre 1939-1945, 2002. — État civil en ligne cote FRAD089_5MI1279_0003, vue 30.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément