PENACEQUE Roger, Eugène, Édouard

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

Né le 26 avril 1923 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé après condamnation à mort le 4 juillet 1944 au champ de tir de Biard près de Poitiers (Vienne) ; inspecteur de police ; résistant FTPF ?.

Roger Pénacèque était le fils d’Eugène, Henri, Victor Pénacèque, natif de Martigué-Ferchaud (Ille et Vilaine), agent de police et d’Antoinette, Juliette, Jeanne, Marie Baroucle née à Châteaubriant (Loire-Atlantique), à la profession inconnue ; le couple habitait alors Rennes. Charles Pénacèque était au début des années 40 domicilié 22 rue Saint-Yves à Nantes. Inspecteur de police, il fut nommé à l’automne 1943 inspecteur du camp d’internement administratif de Rouillé, dans la Vienne (camp ouvert en septembre 1941 sous le nom de "centre de séjour surveillé").

Dans la nuit du 10 au 11 juin 1944, les maquis Francs-tireurs et partisans français (FTPF) cantonnés à Sanxay, Rouillé et Saint-Sauvant attaquèrent le centre de séjour surveillé et libérèrent les détenus. Roger Pénacèque quitta ses fonctions à la suite de l’attaque et se présenta à Marcel Papineau, alias « capitaine Bernard » chef d’un maquis FTP rattaché au groupe FTP « Noël », et établi avec des maquisards locaux et des prisonniers libérés du camp de Rouillé dans le bois des Cartes sur la commune de Rouillé. Roger Pénacèque, à cause de ses fonctions dans le camp, fut soupçonné de collaboration par le groupe, et la méfiance entoura la sincérité de son engagement.

Il fut arrêté le 23 juin 1944 avec Jacques Poirrier à Coussay-les-Bois (Vienne) par les troupes allemandes. Jacques Poirrier engagé dans le groupe « Christian », était accompagné de Roger Penacèque lors d’une mission de liaison avec son état-major basé à Montmorillon (Vienne). Interné à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers puis condamné à mort par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 677 de Poitiers (FK 677), Roger Penacèque a été fusillé le 4 juillet 1944 sur le champ de tir de Biard avec Jacques Poirrier. Il fut inhumé après la guerre dans le cimetière de Béré à Châteaubriant.

Il obtint la mention Mort pour la France le 18 juin 1945. Son nom est inscrit sur le monument commémorant les 128 fusillés sur le champ de tir de Biard, inauguré le 8 mai 1949.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168797, notice PENACEQUE Roger, Eugène, Édouard par Virginie Daudin, Michel Thébault, version mise en ligne le 22 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

SOURCES : SHD DAVCC, Caen. — Arch. Dép. Vienne, 1921 W 28. — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J. — Au nom de la Résistance, hommage aux 128 fusillés, coll. Centre régional « Résistance & Liberté » et MIMC Office national des anciens combattants Vienne, Poitiers, 2013 — Mémorial genweb — État civil, mairie de Rouillé, jugement déclaratif de décès du 18 juin 1948.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément