MARCOT (ou MARGOT) Lucien

Par Frédéric Stévenot

Né le 28 septembre 1907 à Moyenmoutier (Vosges), fusillé le 9 octobre 1941 à Épinal (Vosges) ; voiturier.

Fils d’Eugène Marcot, voiturier, et de Marie Batelot, sans profession, Lucien Marcot, marié, père de six enfants et demeurant à Vexaincourt (Vosges), y fut arrêté le 2 septembre 1941 par la Feldgendarmerie, pour « détention illégale d’armes et braconnage ». Il avait en effet constitué un stock d’armes françaises récupérées à la suite de la campagne de 1940, qu’il avait cachées dans la forêt de Vexaincourt : rois fusils, plus de 1000 cartouches, un revolver, de nombreuses cartouches d’explosif et des détonateurs, ainsi qur de la poudre et du plombs destinés à la fabrications de munitions. Il ne semble pas avoir appartenu à un mouvement de résistance, cependant l’ampleur
Interné à la prison de la Vierge à Épinal, Lucien Marcot fut déféré devant le tribunal militaire allemand FK 550 siégeant dans la ville, qui le condamna à cinq ans de travaux forcés le 26 septembre 1941. Un second jugement fut cependant prononcé le 6 octobre, par le tribunal FK 669 de Dijon, aux termes duquel il fut condamné à mort.
Un peloton d’exécution allemand le fusilla le 9 octobre 1941 à Épinal, à 11 h 45.
La Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés (DGTO) était intervenue le 8 octobre, en vain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168846, notice MARCOT (ou MARGOT) Lucien par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 22 juillet 2015, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par Frédéric Stévenot

SOURCE : AVCC, Caen, B VII, 0124, B VIII dossier 2, Liste S 1744, réf. 137/41, Liste S 1835/41 (Notes Thomas Pouty). — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément