HUERTA Léopold

Par Michel Thébault

Né le 6 mai 1918 à Madrid (Espagne), fusillé comme otage le 2 octobre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; mécanicien ; militant communiste.

Graffiti de la Chapelle des Fusillés au Mont-Valérien.
ONACVG Mont-Valérien

Léopold Huerta résidait au début des années 1940 à Bordeaux (Gironde), où il exerçait la profession de mécanicien.
Militant communiste, il était membre d’une organisation communiste clandestine chargée principalement de propagande. Il fut arrêté le 8 août 1942 par la police française pour « menées communistes et distribution de tracts ». Il fut interné au camp de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis) jusqu’au 28 novembre 1942 puis au camp de Compiègne (Oise) et à nouveau enfin au camp de prisonniers du fort de Romainville.
Suite à l’attentat perpétré le 28 septembre 1943 par le groupe Manouchian (FTP-MOI) contre le Dr. Ritter, envoyé en France par Fritz Saückel pour organiser les ponctions de main-d’œuvre au profit du Reich, une vague d’exécution de cinquante otages eut lieu en représailles début octobre. C’est dans ce contexte que Léopold Huerta a été fusillé par les autorités allemandes (en compagnie en particulier d’un autre militant communiste espagnol vivant à Bordeaux, Eugène Iturbe-Bilbao), le 2 octobre 1943 au Mont-Valérien.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168876, notice HUERTA Léopold par Michel Thébault, version mise en ligne le 22 décembre 2014, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Michel Thébault

Graffiti de la Chapelle des Fusillés au Mont-Valérien.
ONACVG Mont-Valérien

SOURCES : AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Mémoire des Hommes, base des fusillés du Mont-Valérien.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément