HUET Pierre, Charles

Par Michel Thébault

Né le 7 juillet 1913 à Saint-Hilaire-Saint-Florent (Maine-et-Loire), fusillé le 27 novembre 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ajusteur mécanicien ; résistant du réseau Georges-France 31.

Marié, Pierre Huet résidait à Saumur (Maine-et-Loire) où il exerçait la profession d’ajusteur mécanicien.
Il s’engagea dans la Résistance à partir de juin 1941 au sein du réseau Georges-France 31, rattaché à l’Intelligence Service britannique. Ce réseau organisait dès 1940 dans l’ouest de la France l’évasion de prisonniers des camps de Châteaubriant, Savenay et Château-Bougon vers la zone libre ou le Royaume-Uni et développait la recherche de renseignements militaires sur les troupes allemandes.
Lorsque Pierre Huet fut arrêté, le 29 octobre 1941 à Saumur, par les autorités allemandes, il fut accusé d’« espionnage » pour l’envoi de courrier vers la zone libre et la transmission d’informations sur les bases et chantiers de la marine de Lorient (Morbihan).
Incarcéré à la prison d’Angers (Maine-et-Loire) jusqu’au 11 novembre 1942, il fut ensuite transféré à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) en même temps que plusieurs camarades du même réseau. Le 12 novembre 1942, ce furent donc des résistants du réseau Georges-France 31 de la Seine, de Seine-et-Oise, de Loire-Inférieure et du Maine-et-Loire qui, ramenés à Paris, furent jugés par le tribunal militaire attaché au commandement du Gross Paris (établi à cette date rue Boissy-d’Anglas).
Quinze d’entre eux dont Pierre Huet furent condamnés à mort. Il a été exécuté avec ses quatorze camarades par les autorités allemandes, le 27 novembre 1942 à 16 h 45, au Mont-Valérien.
La mention « Mort pour la France » lui a été attribuée par le secrétariat général aux Anciens Combattants le 28 janvier 1948.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168878, notice HUET Pierre, Charles par Michel Thébault, version mise en ligne le 22 décembre 2014, dernière modification le 24 novembre 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Site Mémoire des Hommes, base des fusillés du Mont-Valérien. – Le Mont-Valérien. – Claire Cameron (sous la dir.), Résistance, Répression et Mémoire, en coédition avec la DMPA, ministère de la Défense.

Version imprimable Signaler un complément