SIMONNET Alice

Par Annie Pennetier

Née le 21 juillet 1900 à Bertignat (Puy-de-Dôme) ; résistante membre du réseau du Musée de l’Homme ; condamnée à mort, peine commuée ; déportée.

Alice Simonnet fut arrêtée le 1er février 1941 par l’Abwehr dans l’affaire du Musée de l’Homme pour "espionnage et intelligence avec l’ennemi". Les Allemands l’accusaient d’être spécialement chargée de l’espionnage, en relation avec Paul Rivet, mêlée à l’affaire de l’établissement des plans de la base allemande de Saint-Nazaire".
Le procès débuta le 8 janvier 1942, le tribunal allemand du Gross-Paris siégeant dans la prison de Fresnes y jugea 19 résistants du réseau. Le procès se conclut le 17 février par la condamnation à mort de dix d’entre eux. Sept hommes ont été fusillés au Mont- Valérien le 23 février 1942. Boris Vildé, Jules Andrieu, Anatole Lewitsky, Léon-Maurice Nordmann, Georges Ithier , René Sénéchal et Pierre Walter.Pierre Simonnet fut relaxé.
L’exécution des femmes Yvonne Oddon, Sylvette Leleu et Alice Simonnet fut suspendue et leur peine commuée en travaux forcés à perpétuité. Les Allemands ne fusillant pas les femmes sur le territoire français, elles furent déportées ou emprisonnées. Alice Simonnet, matricule de déportée à Ravensbruck 27545, a été libérée le 27 mai 1945 de Holleischen kommando de Flossenburg.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168959, notice SIMONNET Alice par Annie Pennetier, version mise en ligne le 24 décembre 2014, dernière modification le 10 janvier 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744. — Anne Hogenhuis, Boris Vildé et le réseau du Musée de l’homme, CNRS éd., mai 2009.— Fondation pour la mémoire de la résistance Alice Simonet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément