BLECH René. Pseudonymes : FOSSANE Jean et BONHOMME Jacques

Par Nicole Racine

Né le 25 septembre 1900 à Anderlecht (Belgique), mort le 10 juin 1953 à Bayeux (Calvados) ; écrivain, poète ; secrétaire de rédaction de Commune (1937) ; secrétaire de la Maison de la Culture ; fondateur de L’Écran français en 1943.

Fils de Baptiste Georges Blech, ingénieur chimiste et industriel à Bruxelles, et de Marguerite Jeanne Despréaux, René Blech fut de 1924 à 1927 sympathisant de l’Action française. Il adhéra à l’AEAR dans les années trente puis au Parti communiste en 1935. Auteur de romans comme Les Rats (1932), Le Bar de l’Univers (1934), Le Collier de Cuir (1936) où se révélaient des préoccupations sociales, René Blech tenait une librairie (la librairie « Sous la lampe »). En janvier 1937, il devint secrétaire de rédaction de Commune, revue de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR) où il était chroniqueur de livres et où il s’occupait de l’organisation des « Amis de Commune ». Il devint secrétaire de la « Maison de la Culture » dont Aragon était le secrétaire général. La Maison de la Culture connut son apogée en 1936-1937, regroupant l’AEAR, l’Union des théâtres indépendants de France, la Fédération musicale populaire, « Ciné-Liberté » etc. Le domaine de René Blech était notamment celui des organisations de théâtres et de cinéma.

Il épousa le 9 janvier 1937 à Paris (Ve arr.) Yvonne Rosa MarieVauder secrétaire de rédaction à Visages du Monde puis à Regards.

Il s’adonna à l’organisation de cercles culturels et de Maisons de la Culture en province ; il inaugura notamment la Maison de la Culture de la région d’Ile-de-France.

Durant la guerre, il fit partie du « Front national des Intellectuels » dès 1941. Un de ses poèmes, « Les roses de Paris », daté de décembre 1940, parut, sous le pseudonyme de Jean Fossane dans L’Honneur des poètes, aux Éditions de Minuit clandestines, en 1943. Pierre Seghers publia de nouveau ce poème dans son anthologie des poètes de la Résistance ; d’après ce dernier, René Blech serait en outre probablement l’auteur du poème « Pétain » paru dans le premier numéro de La Pensée libre, fondée par G. Politzer, J. Solomon et J. Decour, sous le pseudonyme de Jacques Bonhomme.

Georges Sadoul, dans son Journal de guerre 1939-1940, évoqua ses rencontres, à la fin de 1939 et au début de 1940, avec René Blech et sa femme Yvonne Blech qui devait mourir en déportation, en 1943. Il avait, dans le tome VI de son Histoire générale du cinéma (1954) rappelé le rôle de René Blech dans le regroupement des professionnels de cinéma, acteurs, metteurs en scène, journalistes hostiles à la Collaboration. René Blech avait fondé L’Écran français, organe clandestin des comités du cinéma, du Front national dont le premier numéro parut en décembre 1943, et qui parut encarté dans les Lettres françaises à partir du 10 mars 1944. L’Écran français reparut en juillet 1945. René Blech en fut le directeur-gérant jusqu’en 1949 puis de nouveau en janvier 1951.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16897, notice BLECH René. Pseudonymes : FOSSANE Jean et BONHOMME Jacques par Nicole Racine, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 18 février 2020.

Par Nicole Racine

ŒUVRE CHOISIE : Les Rats, Gallimard, 1932, 243 p. — Le Bar de l’Univers, id., 1934, 253 p. — Le Collier de cuir, Éditions sociales internationales, 1936, 256 p. — Sous le pseudonyme de Jean Fossane, « Les roses de Paris », dans L’Honneur des poètes, 1er volume par P. Éluard..., Paris, Éditions de Minuit, 1945. — Le Tir aux pigeons, La Bibliothèque française, 1947, 285 p. — P. Seghers, La Résistance et ses poètes (France 1940-1945), Seghers, 1974, 661 p.

SOURCES : « Témoignages » Russie d’aujourd’hui, 15 avril 1937. — Statuts de l’« Association des Maisons de la Culture » (document ronéoté, daté du 21 septembre 1936). — Georges Sadoul, Histoire générale du cinéma, t. VI, Le cinéma pendant la guerre, 1939-1945, Denoël, 1954. — David Caute, Le Communisme et les intellectuels français 1914-1966, Gallimard, 1964, 477 p. — Claude Roy, Somme toute. 1. Moi je, Gallimard, 1969, 481 p. — 2. Nous, id., 1972, 569 p. — Histoire générale de la presse française sous la direction de Cl. Bellanger... Tome 4 : De 1940 à 1958, 1975, 486 p. — Georges Sadoul, Journal de guerre 30-40, Éditeurs français réunis, 1977, 400 p. — Barrot, L’Écran français 1943-1953, Histoire d’un journal et d’une époque, Éditeurs français réunis, 1979, 382 p. — RGASPI, dossier Blech Yvonne. – Notes de Christian Henrisey. — Archives de Paris, 5e arrondissement, mariages 1937, acte N° 11.

ICONOGRAPHIE : Russie d’aujourd’hui, art. cité.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément