MOREAU Roger, Léon [pseudonymes dans la Résistance : MARCHAND Roger,GUYARD Roger]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 10 juillet 1924 au Pré-Saint-Gervais (Seine), abattu le 1er juillet 1944 à Saint-Saturnin-d’Apt (Vaucluse) ; maquisard Maquis Ventoux (Armée secrète/AS).

Fils de Joseph Moreau et de Germaine Frilley, Roger Moreau passa son enfance à Vanves (Seine) et y fit ses études. Il suivit sa famille à Malakoff (Seine) à la mort de son père. Outilleur décolleteur, il fut réfractaire au Service du travail obligatoire (STO). Il est possible que ce soit à ce moment-là qu’il vint à Avignon (Vaucluse), se rapprochant ainsi d’une tante qui habitait aux Taillades (Vaucluse). Il rejoignit le Maquis Ventoux le 8 juin 1943. Son nom apparaît sur la liste des maquisards saisie au printemps 1944 par les Allemands avec la fausse identité de Roger Marchand. Cette liste n’indique pour lui aucun correspondant ou parrain. D’après les recherches de Jean-Paul Jouval, président du Souvenir français du canton d’Apt, qui a précisé son parcours, il serait parti rejoindre les maquis de Haute-Savoie en septembre 1943 car ils étaient mieux armés. Il serait revenu dans le Vaucluse en 1944 et aurait réintégré son ancien groupe de maquisards, celui de Gordes dirigé par Paul Nouveau vers le 20 juin. Ce groupe fut attaqué par des soldats allemands et des hommes de la 8e compagnie Brandebourg alors qu’il était dans la ferme de Gayéoux, sur le territoire de Saint-Saturnin. Roger Moreau fut abattu avec Lucien Cespo*, Lucien Moulinas*, et Guy Planchenaud de la Morinière* en tentant de s’enfuir.
Depuis l’aube de ce 1er juillet 1944, la Wehrmacht et des éléments de la 8e compagnie Brandebourg attaquaient les maquis, guidés par une jeune fille d’origine polonaise qui avait frayé avec des maquisards avant de rejoindre les « Brandebourgeois ». Le même jour, cinq résistants prisonniers de la 8e compagnie Brandebourg furent exécutés sur le territoire de la commune, une fermière, qui hébergeait et ravitaillait le maquis fut abattue et trois maquisards ainsi que l’épouse de Paul Nouveau, furent fusillés sur la place de Saint-Saturnin. Inhumé au cimetière de Saint-Saturnin, son corps fut transféré dans celui du Pré-Saint-Gervais le 28 décembre 1948.
Roger Moreau a été décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 22 août 1980. La mention de « Mort pour la France » lui avait été attribuée.
Après la Libération, plusieurs stèles furent inaugurées, dont une à Gayéoux, et un monument aux « 14 martyrs du 1er juillet » fut inauguré le 4 novembre 1945 sur la place de l’exécution.

Voir Site d’exécution Saint-Saturnin-les-Apt et environ

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169153, notice MOREAU Roger, Léon [pseudonymes dans la Résistance : MARCHAND Roger,GUYARD Roger] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 27 décembre 2014, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : SHD 28 P6 189 (liste Maquis Ventoux). ⎯ Arch. dép. Gard, 3 U 7 252 (cour de justice de Nîmes, dossier Paolino). —Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 105579 (nc). — Arch. privées, fonds Pétré, Livre noir pour la XVe Région, Service des recherches de crimes de guerre ennemis, 4 juillet 1945. — Archives communales de Saint-Saturnin, journal de Paul Macelin. — Claude Arnoux, Maquis Ventoux, quelques pages de la Résistance en Vaucluse, Avignon, Les Presses Universelles, 1974. — Association des amis du Musée de la Résistance et de la Déportation, La mémoire gravée. Monuments, stèles et plaques commémoratifs de la Seconde Guerre mondiale dans le département de Vaucluse, Fontaine-de-Vaucluse, Musée d’Histoire, 2002. — Aimé Autrand, Le département du Vaucluse de la défaite à la Libération : mai 1940-25 août 1944, Avignon, Éd. Aubanel, 1965. — Madeleine Baudoin, Témoins de la Résistance en R2, intérêt du témoignage en histoire contemporaine, Aix-en-Provence, thèse d’Histoire, Université de Provence (Aix-Marseille I), 1977. — Louis Coste (dir.), La Résistance du pays d’Apt, de la Durance au Ventoux. Historique, Apt, 1974, rééd. 1982. — Fernand Jean, J’y étais. Récits inédits sur la Résistance au pays d’Apt, Cavaillon, Association des médaillés de la Résistance du Vaucluse, 1997. — Jean-Paul Jouval, Mémorial des victimes des communes du canton d’Apt. Seconde Guerre mondiale, Indochine, Algérie, Apt, Le Souvenir français, 2017, p. 192-195. — Saint-Saturnin-les-Apt se souvient… 1944-1994, Cavaillon, Municipalité de Saint-Saturnin et comité du cinquantenaire, 1994. — Vaucluse 44, l’année de la liberté retrouvée. Aspects de la Résistance et de la Libération, Avignon, ONAC-Mission du 60e anniversaire des Débarquements et de la Libération de la France-Département du Vaucluse, 2004. — Guillaume Vieira, La répression de la Résistance par les Allemands à Marseille et dans sa région (1942-1944), Aix-en-Provence, thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément