FOSSIER Jean-Henri

Par Jean-Marie Guillon

Né le 9 juin 1926 à Laon (Aisne), exécuté le 1er juillet 1944 à Saint-Saturnin-d’Apt (Vaucluse) ; maquisard Armée secrète (AS)-Section atterrissages et parachutages (SAP).

Fils de Clotilde Fossier, enfant de l’Assistance publique recueilli par une famille communiste, Jean-Henri Fossier habitait Robion (Vaucluse), où il était ouvrier agricole, puis apprenti mécanicien. Maquisard, membre de la section Koenig dirigée par Paul Nouveau, il fut arrêté le 1er juillet 1944 à la ferme de Berre, sur le territoire de la commune de Villars (Vaucluse), où des maquisards, tous réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), membres de l’AS et de la SAP, étaient abrités et où se cachait aussi Paulette Nouveau*, l’épouse de leur chef.

Celle-ci et deux de ses camarades – Armel Collet* et Robert le Belge - furent arrêtés avec lui. La fermière, Blanche Gaillard*, mère de quatre enfants, fut abattue sur place. Sa ferme fut pillée et incendiée. Depuis le matin, les soldats allemands et les éléments de la 8e compagnie Brandebourg attaquaient les maquis du secteur de Saint-Saturnin, dans les quartiers de Gayéoux et de Petoucheoù. Quatre maquisards avaient été tués à la ferme de Gayéoux. Les corps de cinq autres résistants exécutés furent retrouvés par la suite dans un autre quartier de la commune.

Paulette Nouveau et les trois maquisards arrêtés furent conduits à Saint-Saturnin et fusillés sur la place centrale du village dans l’après-midi. Les Allemands ayant défendu de toucher les corps pendant 48 heures, leurs obsèques eurent lieu le 3 juillet. Un monument à la mémoire des « 14 martyrs du 1er juillet » fut inauguré le 4 novembre 1945 sur la place où l’exécution avait eu lieu. Le corps de Jean-Henri Fossier fut transporté à Robion en septembre 1944. Une rue de ce village porte son nom.

Voir Site d’exécution Saint-Saturnin-les-Apt et environ

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169159, notice FOSSIER Jean-Henri par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 27 décembre 2014, dernière modification le 13 août 2019.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Gard, 3 U 7 252 (cour de justice de Nîmes, dossier Paolino). ⎯ Arch. privées, fonds Pétré, Livre noir pour la XVe Région, Service des recherches de crimes de guerre ennemis, 4 juillet 1945. — Site internet Mémoire des hommes. — Claude Arnoux, Maquis Ventoux, quelques pages de la Résistance en Vaucluse, Avignon, Les Presses Universelles, 1974. — Association des amis du Musée de la Résistance et de la Déportation, La mémoire gravée. Monuments, stèles et plaques commémoratifs de la Seconde Guerre mondiale dans le département de Vaucluse, Fontaine-de-Vaucluse, Musée d’Histoire, 2002. — Aimé Autrand, Le département du Vaucluse de la défaite à la Libération : mai 1940-25 août 1944, Avignon, Éd. Aubanel, 1965. — Madeleine Baudoin, Témoins de la Résistance en R2, intérêt du témoignage en histoire contemporaine, Aix-en-Provence, thèse d’Histoire, Université de Provence (Aix-Marseille I), 1977. — Louis Coste (dir.), La Résistance du pays d’Apt, de la Durance au Ventoux. Historique, Apt, 1974, rééd. 1982. — Fernand Jean, J’y étais. Récits inédits sur la Résistance au pays d’Apt, Cavaillon, Association des médaillés de la Résistance du Vaucluse, 1997. — Jean-Paul Jouval, Mémorial des victimes des communes du canton d’Apt. Seconde Guerre mondiale, Indochine, Algérie, Apt, Le Souvenir français, 2017, p. 112-113. — Saint-Saturnin-les-Apt se souvient… 1944-1994, Cavaillon, Municipalité de Saint-Saturnin et comité du cinquantenaire, 1994. — André Simon, « Les saints communistes », Communisme, n°51-52, 1997. — Vaucluse 44, l’année de la liberté retrouvée. Aspects de la Résistance et de la Libération, Avignon, ONAC-Mission du 60e anniversaire des Débarquements et de la Libération de la France-Département du Vaucluse, 2004. — Guillaume Vieira, La répression de la Résistance par les Allemands à Marseille et dans sa région (1942-1944), Aix-en-Provence, thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément