COLMON Pierre, Marie, Joseph

Par Dominique Tantin

Né le 16 janvier 1919 à Luméville-en-Ornois, commune fusionnée avec Gondrecourt-le-Château (Meuse), fusillé le 25 novembre 1943 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; instituteur, puis officier ; résistant.

Pierre Colmon était marié et domicilié à Paris. Il fut mobilisé à Bourges (Cher) en 1940 dans l’infanterie puis passa dans l’aviation. En juin 1940, il partit en Afrique du Nord avec Louis Jacquinot (1898-1993), né dans la commune de Gondrecourt-le-Château, député de la Meuse, secrétaire d’État dans le gouvernement de Paul Reynaud (21 mars-16 juin 1940), hostile à l’armistice, qui entra dans la Résistance dans le réseau Alliance, futur ministre.
En Afrique du Nord, Pierre Colmon devint officier, sortant de l’École de l’air à Rabat en juin 1940. Il rentra en France chargé d’une mission de contre-espionnage, peut-être dans les services de l’Armée d’armistice ou bien dans le réseau Alliance.
Vendu par sa compagne, Pierre Colmon fut arrêté à Paris par la Sipo-SD à une date non renseignée. Inculpé de meurtre, il fut condamné à mort le 13 novembre 1943 par le tribunal militaire de la Kommandantur du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) et fusillé au stand de tir du ministère de l’Air le 25 novembre à 9 h 08.
Son nom ne figure pas sur la plaque commémorative du ministère de l’Air, avenue de la Porte de Sèvres.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169250, notice COLMON Pierre, Marie, Joseph par Dominique Tantin, version mise en ligne le 29 décembre 2014, dernière modification le 22 avril 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCE : AVCC, Caen 21 P 47547 (Notes Thomas Pouty).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément