GIRARD Spada

Par Dominique Tantin

Né le 30 juin 1917 à Illiers (aujourd’hui Illiers-Combray Eure-et-Loir), fusillé le 30 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; maréchal-ferrant ; résistant dans les FTPF d’Eure-et-Loir.

Spada Girard était domicilié dans sa commune natale. Il s’engagea dans les FTPF, organisation armée du Front national de lutte pour la liberté et l’indépendance de la France (FN), mouvement de résistance dirigé par le Parti communiste français (PCF).
En décembre 1943 et janvier 1944, les FTPF du secteur furent décimés par la répression de l’occupant et de l’administration de Vichy (l’inspecteur Denuzières et Le Bauble, préfet d’Eure-et-Loir). Arrêté probablement par la Sipo-SD à l’instar de ses camarades FTPF, Spada Girard fut interné à Chartres (Eure-et-Loir) puis transféré à Fresnes.
Il fut condamné à mort le 15 mai 1944 pour « activité de franc-tireur » par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 544, Abt. B de Chartres qui siégea à la prison de Fresnes. Il fut passé par les armes au fort du Mont-Valérien dans l’après-midi du 30 mars 1944 avec ses 30 camarades FTPF d’Eure-et-Loir : Pierre Bouttier, Roger Calbris, Marcel Cartron, Maurice Cléret, Gilbert Damas, François Dargent, Jean Delorme, Maurice Dumais, Paul Espéret, Élie Gallou, Albert Gautier, André Gillet, Joseph Girard, Maurice Honoré, René Le Gall, Bernard Léger, Pierre Martin, Maurice Peltiez, René Rion, Marcel Roblot, Noé Sadorge, Omer Sadorge, Pierre Sadorge, Roger Saget, Jean Saliou, Louis Savouré, Pierre Sédillot, Edmond Signoret, Jules Varin et Clovis Vigny.
Spada Girard fut inhumé au cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Il fut reconnu « Mort pour la France » par le secrétariat général aux Anciens Combattants le 2 mai 1945.
Son nom est inscrit sur le monument commémoratif du Mont-Valérien et sur le monument aux morts d’Illiers-Combray.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169396, notice GIRARD Spada par Dominique Tantin, version mise en ligne le 31 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Sites Internet : Mémoire des Hommes ; Mémorial GenWeb. — Abel Le Boy, "Rapport sur l’affaire des fusillés du 30 mars 1944", publié comme supplément au Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, n°85, Juillet, Août, Septembre 2005, Mémoires XXXIV-I.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément