MASSON Jean-Pierre

Par Claude Pennetier

Né le 7 février 1926 à Scrignac (Finistère), fusillé le 9 août 1944 à la prison de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) ; cultivateur ; résistant FTP.

Fils de Yves Marie Masson et d’Anne Henry, commerçants, Jean-Pierre Masson, célibataire, cultivateur à Scrignac, fut arrêté le 21 mars 1944 à Bolazec (Finistère) par la Sipo-SD. Résistant FTPF, bataillon Guilloux, Cie Le Fur depuis 15 août 1943, il avait été interpellé lors d’une mission du maquis de Bolazec. Il était parti chercher chez des collaborateurs notoires du matériel pour le maquis : pneus de vélos, essence, marchandises diverses. Au retour de leur mission, en sortant de la ferme, ils furent pris à partie par des militaires allemands. Un de ses camarades, Nedellec semble avoir été abattu lors de leur arrestation, lui-même fut blessé.
Détenu à la prison Saint-Charles, il fut condamné à mort par le tribunal allemand FK 752 de Quimper le 30 juin 1944.
Sur son état civil est noté décédé (circonstances inconnues) à la prison de Fresnes mais les attestations fournies par sa famille et la Résistance le placent exécuté au Mont-Valérien ce que pourtant rien n’indique. D’ailleurs, aucune exécution n’y eut lieu après le 15 juin 1944. Il figure cependant sur la cloche du Mont-Valérien. La prison de Fresnes est le lieu retenu par l’état civil ce que confirme l’abbé Franz Stock qui note dans son journal : « Mercredi 9.8.44. 2 exécutions. Fresnes. Après-midi. 1 exécution, P.Masson, 18 ans, venait de Quimper où il avait été condamné à mort. Fusillé avec un commerçant allemand[...] (identité inconnue). Masson enterré à Ivry. »
Ce sont les dernières exécutions après condamnation à mort à Fresnes ; les derniers prisonniers sont évacués, déportés, exécutés sommairement.

Jean-Pierre Masson a reçu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI avec statut militaire.
Son nom est gravé sur le monument aux morts de Scrignac.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169415, notice MASSON Jean-Pierre par Claude Pennetier, version mise en ligne le 7 octobre 2015, dernière modification le 22 avril 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — Franz Stock, Journal de guerre. Écrits inédits de l’aumônier du Mont Valérien, Cerf, 2017.p.220 et 384. — Mémoire des hommes. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément