RENARD Gustave Émile

Par Gilles Pichavant

Né le 2 mai 1842 à Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 6 août 1907 à Saint->Nicolas d’Aliermont (Seine-Maritime, Seine-Inférieure) ; Ivoirier à Dieppe ; républicain socialiste ; candidat aux élections municipales.

Gustave Renard naquit à Dieppe dans le quartier du Pollet, d’un père teinturier et d’une mère couturière. Son grand-père paternel, marin pêcheur, était mort prisonnier sur un ponton anglais, en 1813. Il devint sculpteur en ivoire. Il se maria le 11 août 1870 à Dieppe, avec Marie Éloïse Langlois, fille d’un maitre toilier de Dieppe. Parmi les témoins, on peut noter Henri Renard, son frère, employé aux chemins de fer, et Eugène Langlois, frère de l’épouse, sculpteur en ivoire, président de la Société des Ivoiriers Dieppois, et trésorier fondateur de l’Émulation Dieppoise.

Le 9 novembre 1880, Gustave Renard fit partie avec Albert Detré et Mekerque du comité dieppois qui accueillit Louise Michel à son retour de Nouvelle Calédonie. On offrit à celle-ci un bouquet de fleurs rouges, et on l’invita à prendre un bouillon dans un café du port, avant qu’elle prenne le train pour Paris. L’affaire ayant été découverte postérieurement par le journal réactionnaire local La Vigie, le rédacteur en chef de celui-ci se scandalisa de l’accueil fait à "la pétroleuse". Albert Detré étant le directeur du journal concurrent, la polémique enflamma la presse locale, et il fut contraint à la démission. Mais dans une réponse parue dans La Vigie, on apprit que A. Detré, Mékercke et Renard se faisaient « l’honneur d’être des républicains socialistes » , et qu’ils se glorifiaient d’être allé « serrer la main à ces républicaines, ces femmes de cœur ».

Gustave Renard anima le comité électoral ouvrier de Dieppe, pour les élections municipales de 1881. Ce comité ayant été écarté de la liste républicaine locale, il présenta une liste indépendante. Gustave Renard obtint 254 voix et 10% des suffrage.

En septembre 1882, Gustave Renard prononça plusieurs discours, à l’occasion d’enterrements civils de plusieurs militants de la « démocratie dieppoise », et notamment celui de Ridel père*, et de Pierre Frechon*.

Vers 1890 il s’installa à Saint-Nicolas-d’Aliermont (Seine-inférieure, Seine-Maritime), où il mourut le 6 août 1907.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169454, notice RENARD Gustave Émile par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 3 janvier 2015, dernière modification le 15 juillet 2019.

Par Gilles Pichavant

SOURCE : La Vigie de Dieppe, et l’Impartial de Dieppe, au Fonds ancien de Dieppe, quai Bérigny. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément