REINE Jules, André

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 8 octobre 1896 à Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis), fusillé le 19 décembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chauffeur.

Domicilié à Sevran (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis), marié sans enfant, chauffeur et mécanicien auto, Jules Reine fut arrêté par la police française le 12 décembre 1941 à son domicile par les autorités françaises, pour « détention illégale d’armes et tentative de meurtre ». Il avait tenté de tuer les tenanciers du Chat-Noir, une maison de tolérance réservée aux soldats allemands. Son revolver et plusieurs cartouches furent découverts à son domicile.
Incarcéré à la prison du Cherche-Midi (Paris, VIe arr.), Jules Reine fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 758 de Saint-Cloud (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine) le 16 décembre 1941. Il a été fusillé le 19 décembre 1941 au Mont-Valérien à 16 h 01.
Jules Reine fut inhumé au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) le 19 décembre 1941 division 39, ligne 3, n°26.
Il ne figure pas dans la Base du Mont-Valérien.
Voir Mont-Valérien, Suresnes (Hauts-de-Seine)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169696, notice REINE Jules, André par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 11 janvier 2015, dernière modification le 13 septembre 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit.. — MémorialGenWeb. — Site Internet Mémoire des Hommes. — Répertoire des fusillés inhumés au cimetière parisien d’Ivry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément