ROBIN André, Gaston

Par Alain Prigent, Serge Tilly, Laurent Thiery

Né le 19 juillet 1923 à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais), fusillé après condamnation (semble-t-il) le 27 juillet 1944 au stand de tir de l’avenue de la Porte-de-Sèvres (Paris, XVe arr.) [parfois présenté comme fusillé au Mont-Valérien] ; horticulteur ; membre du réseau SR Hunter.

Après avoir obtenu son certificat d’études primaires, André Robin fit deux années d’école d’horticulture. C’est ainsi qu’il put devenir employé jardinier horticulteur pour le compte de ses parents à Aire-sur-la-Lys, où il était domicilié en 1944, année de son arrestation. Fervent patriote, André Robin avait contracté, en janvier 1944, un engagement au réseau de renseignements Hunter. Il en devint le responsable pour le secteur d’Aire, une zone particulièrement sensible où les Allemands avaient concentré les constructions spéciales destinées aux armes nouvelles de Hitler, les fameux V1 et V2.
Forcé d’entrer dans la clandestinité, André Robin fut arrêté le 25 mai 1944 à Montberanchon (Pas-de-Calais), par la Geheimfeldpolizei d’Arras (Pas-de-Calais), chez les époux Louchart. Il fut interné à la prison de Béthune (Pas-de-Calais), où ses activités d’espionnage devaient conduire à sa prise en charge par « l’ange gardien des V1 ». Il fut ensuite transféré à Arras, puis à Saint-Quentin, dans l’Aisne, là où l’Abwehr d’Arras avait établi ses nouveaux quartiers après le bombardement et la destruction de l’Hôtel du Commerce. André Robin a vraisemblablement été ensuite condamné à mort par le tribunal spécial du 65e corps d’armée allemand. En conséquence, il fut exécuté, dans le plus grand secret, le 27 juillet 1944 au stand de tir de l’avenue de la Porte-de-Sèvres à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169699, notice ROBIN André, Gaston par Alain Prigent, Serge Tilly, Laurent Thiery, version mise en ligne le 11 janvier 2015, dernière modification le 26 mai 2020.

Par Alain Prigent, Serge Tilly, Laurent Thiery

SOURCES : AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J.-P. Besse, T. Pouty, Les fusillés (1940-1944), op. cit. – Laurent Thiery, La répression allemande dans le Nord de la France (1940-1944), Lille, Presses du Septentrion, 2013, p. 239-256. – Fonds « Michel Rousseau » (La Coupole).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément