BOBIN Raymond, Joseph

Par Émilie Willemin

Né le 27 juin 1906 à Aslonnes (Vienne), mort le 13 juin 1959 à Neuilly-sur-Seine (Seine/Hauts-de-Seine) ; professeur puis proviseur ; militant syndicaliste de la FEN.

Fils de Léon Bobin, épicier, et d’Angelina Huguenot, Raymond Bobin fréquenta l’école primaire supérieure de Poitiers (Vienne) de 1919 à 1922. Reçu à l’École normale d’instituteurs de Poitiers où il suivit la préparation militaire, il obtint la licence ès sciences à la faculté de Poitiers en novembre 1927 et le diplôme d’études supérieures de chimie en juillet 1928. Il fit son service militaire en 1928-1929, comme lieutenant d’artillerie à Poitiers. Il enseigna comme professeur délégué suppléant au collège de Châtellerault (Vienne) à la rentrée 1929, puis délégué au collège de Fécamp (Seine-Inférieure/Maritime) en 1931. Il échoua à l’agrégation de sciences physiques cette année là et fut reçu en août 1934. Il se maria le 30 juillet 1932 à Poitiers (Vienne) avec Simone Salomon, institutrice. Le couple eut deux enfants. De 1932 à 1934, il fut professeur titulaire à l’EPS de Châtellerault (1932-1934).

Professeur agrégé, Raymond Bobin enseigna au lycée de Guéret (Creuse) en 1934-1935. En 1935-1936, il fut délégué dans les fonctions de censeur au lycée de Lorient (Morbihan). De 1936 à 1939, il fut mis à la disposition du ministre de la Défense pour exercer les fonctions d’inspecteur des études au Prytanée militaire de la Flèche dont il fut nommé censeur en janvier 1938.

À la rentrée 1939, nommé proviseur du lycée de Rochefort (Charente-Inférieure/Maritime), mais affecté spécial au prytanée de septembre à décembre 1939, puis instructeur à l’école d’artillerie de Poitiers, il ne prit son poste qu’en octobre 1940, mais la majeure partie des locaux était occupée par les troupes allemandes. Il fut nommé aussi au conseil d’administration de l’institut de formation professionnelle de La Rochelle en 1941.

En mars 1943, il fut convoqué sur ordre du ministère à Paris, en audience au cabinet du directeur de l’enseignement secondaire qui lui proposa le poste de proviseur du lycée de Bastia (Corse), car le proviseur en place avait été sanctionné par Vichy. Il refusa et fut évincé de la liste des promouvables.

Il assura de septembre 1944 à juin 1946 les fonctions d’inspecteur d’académie en Charente-Inférieure libérée. Après une plainte devant le Conseil d’enquête académique, il demanda à cesser d’assurer ces fonctions car il ne voulait pas être obligé de partir sous la pression de groupements politiques. Mais, aucun grief n’étant alors retenu contre lui, le recteur le maintint en fonction.

De 1946 à 1953, Raymond Bobin occupa les fonctions de proviseur du lycée du Parc à Lyon (Rhône). Dans l’académie, membre du conseil académique à partir de 1948, il fut nommé en 1950 représentant de l’administration dans les commissions paritaires académiques des agents de lycées et des aides de laboratoires, nomination qui n’était guère positive pour le proviseur du lycée le plus coté de Lyon. Dès 1947, il avait demandé un poste de proviseur à Paris ou Versailles, préférant un lycée dans lequel il y aurait une classe préparatoire aux grandes écoles scientifiques, notamment les lycées Chaptal ou Michelet. À la rentrée 1953, il fut nommé proviseur du lycée Chaptal à Paris. Durant l’année 1957-1958, en congé de longue durée, il n’exerça pas ses fonctions. En septembre 1958, nommé proviseur du lycée Pasteur à Neuilly sur sa demande en raison de son état de santé, il occupa son poste jusqu’à son brutal décès. Ses obsèques furent religieuses.

Autant que comme professeur que comme censeur ou proviseur, Bobin, toujours très apprécié de ses supérieurs, faisait preuve de grandes qualités et de beaucoup d’attachement à ses fonctions. Il fut soutenu dans ses demandes de promotions et de mouvement par plusieurs députés.

Bobin adhéra à l’Amicale des censeurs dès sa nomination puis à celle des proviseurs et par la suite au Syndicat. Il fut le président du Comité de liaison des administrateurs logés des établissements de Lyon constitué le 30 octobre 1952. Membre de la commission exécutive du Syndicat des proviseurs jusqu’en 1959, il en fut le secrétaire général (1955-1956) puis le secrétaire adjoint jusqu’en 1959. Il œuvra pour le rapprochement des syndicats d’administrateurs et s’intéressa particulièrement au droit au logement des responsables d’établissements scolaires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article16976, notice BOBIN Raymond, Joseph par Émilie Willemin, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 11 octobre 2021.

Par Émilie Willemin

SOURCES : Arch. Nat., AJ/16/8911, F17/27527. — Bulletin de l’Association amicale des censeurs des lycées nationaux, Bulletin de l’Amicale générale des proviseurs et directrices des lycées français, Bulletin du Syndicat national des proviseurs et directrices des lycées français. — Renseignements fournis par Michel Arondel. — Etat civil. — Notes d’Alain Dalançon et de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément