JAUTÉE Marceau, Eugène, Joseph, Julien

Par Thomas Pouty, Annie Pennetier

Né le 22 février 1922 à Banvou (Orne), fusillé le 22 juin 1944 à la carrière de la Galochère, à Condé-sur-Sarthe (Orne) ; mineur de fond, ouvrier de l’industrie ; résistant FTPF.

Marceau Jautée était originaire de Banvou. En 1944, il s’engagea en Résistance dans le groupe Vengeance d’Albert Giroux qui intégra les rangs des Francs-tireurs et partisans (FTP) en février 1944. Il était caché chez Angèle Chevallié à Tournai-sur-Dive. Il devait rejoindre le maquis du moulin de Vrigny. Le groupe, qui disposait d’un stock d’armes et de moyens pour produire des faux papiers, participa à plusieurs actions armées dans le département de l’Orne avant le débarquement. Avec Jean Chesnel, chef de groupe il participa aux actions suivantes : - les 5 et 6 mars à la préparation d’une attaque contre le fourgon cellulaire qui allait transporter les prisonniers de Vrigny, - le 28 mars à un coup de main manqué contre la prison d’Alençon pour délivrer les prisonniers de Vrigny, - le 28 avril à une tentative de déraillement ligne Flers Laval au Châtellier, tous les deux reconnus et dénoncés, ils affrontèrent des gendarmes venus les arrêter. Les 3 actions ci-dessus, parmi d’autres, étaient menées par "Bertrand" et Noël, responsables départementaux FTP
C’est lors de la préparation d’une nouvelle tentative de déraillement sur la ligne Paris Granville, près de Sourdon, le 22 mai que Jean Chesnel et Marceau Jautée furent arrêtés par deux feldgendarmes à bicyclette du département de l’Orne. Le premier réussit à s’enfuir, Marceau Jautée ne tenta pas l’évasion.
Conduit à la prison d’Alençon, il fut condamné à mort dans le cadre d’un procès réunissant autour de lui ses camarades de lutte René Brossard, Fernand Badier et Gilbert François. Les quatre résistants furent condamnés à mort le 22 juin 1944 par le tribunal militaire allemand d’Alençon et passés par les armes le jour même à la carrière de la Galochère, à Condé-sur-Sarthe.

Les fermiers voisins, Roger Beaufils et Cécile Dossal de la ferme de Vaucelles témoignèrent. Le 21 juin, les soldats allemands cantonnés dans leur ferme avaient creusé des fosses et le lendemain les quatre condamnés enfermés dans l’étable furent conduits dans la belle demeure occupée par les gestapistes de Mr Jardin avant de rejoindre la carrière.

Reconnu Mort pour la France, statut militaire, Marceau Jautée a été homologué FFI.

Les noms des suppliciés figurent sur le monument érigé à la carrière de la
Galochère, inauguré le 5 août 1945.
Le nom de Marceau Jautée est également gravé sur le monument aux morts de Banvou où il repose dans le carré des corps restitués du cimetière communal. Sa tombe a été refaite par le Souvenir français en 2015.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169849, notice JAUTÉE Marceau, Eugène, Joseph, Julien par Thomas Pouty, Annie Pennetier, version mise en ligne le 14 janvier 2015, dernière modification le 3 mai 2022.

Par Thomas Pouty, Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, Liste S 1744, AC 21P 57915 – Arch. Dép. Orne. – « La Résistance dans l’Orne » CDrom AERI – AD61. – Thomas Pouty, La répression franco-allemande dans le département de l’Orne, 1940-1944, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 2001.— Témoignage de Jean-Claude Chesnel, avril 2022.

Version imprimable Signaler un complément