MISSONI Mario

Par Antonio Bechelloni, Jean-Louis Ponnavoy

Né le 18 décembre 1913 à Moggio Udinese (province de Lecco, Italie), exécuté sommairement le 22 août 1944 à Payns (Aube) ; cimentier ; victime civile.

Mario Missoni dont nous ne connaissons pas le nom des parents était domicilié à L’Hay-les-Roses (Seine, Val-de-Marne) et exerçait le métier de cimentier. En 1944, il était en résidence chez Madame veuve Dejugny, cultivatrice à Saint-Benoît-sur-Seine (Aube).
Le 21 août 1944, un engagement eut lieu entre un groupe de FFI et les Allemands sur le CD 15 entre Saint-Lyé et Saint Benoît-sur-Seine. Quatre habitants de Saint-Benoît-sur-Seine dont Mario Missoni furent capturés comme otages par les SS et exécutés en représailles la nuit suivante au lieu-dit "le pont de la Bique" vers deux heures du matin, à Payns (Aube). La Résistance se vengea aussitôt en exécutant deux SS prisonniers.
L’acte fut dressé le jour même sur la déclaration de Désiré Collard, 59 ans, garde-champêtre. Il n’y figure pas la mention « Mort pour la France ».
Son nom figure sur la stèle commémorative 1939-1945, à Payns (Aube).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article169869, notice MISSONI Mario par Antonio Bechelloni, Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 17 janvier 2015, dernière modification le 8 septembre 2022.

Par Antonio Bechelloni, Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Service historique de la Défense, AVCC, Caen, Cote, AC 21 P 379111 (nc).—
Pia Leonetti Carena, Les Italiens du Maquis, Paris, Editions mondiales, 1968 (mais les informations sont trop imprécises). — Payns - Troyes Champagne Métropole.— Mémoire des Hommes (victimes civiles).— MémorialGenweb.— État-civil (acte de décès n° 10).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément