CHEVRIER Philippe, Élie

Par Daniel Grason

Né le 13 décembre 1898 à Serrières-de-Briord (Ain), exécuté le 20 août 1944 au 7, rue des Morillons à Paris XVe arr. (Seine) ; gardien de la paix ; résistant ; FFI.

Fils de Pierre-Étienne Chevrier et d’Adeline Sautin, cultivateurs, Philippe Chevrier fut mobilisé lors de la Grande Guerre le 2 mai 1917 dans l’Infanterie. En raison de sa bravoure et de son sang-froid dans les combats, le 18 octobre 1918 il était cité à l’ordre du régiment. Démobilisé le 7 juin 1920 l’armée le décora de la Croix de Guerre. Il entra dans la police parisienne le 17 juin 1920, il y fit toute sa carrière. Son seul engagement connu était son appartenance à la Franc maçonnerie de la Loge Clémente Amitié à l’Orient de Paris. Il s’était marié le 12 septembre 1922 à Paris (XVe arr.) avec Suzanne Couteau, le couple vivait au 12, rue Leriche à Paris Ve arr.

Gardien de la paix à la Préfecture de police, le 19 août 1944 il se porta volontaire dans un Corps franc de la police. Le lendemain responsable d’un groupe de cinq hommes, Philippe Chevrier eut pour mission d’attaquer un garage tenu par des soldats allemands au 7, rue de Morillons. Capturé ainsi que Germain Bedeau, les deux hommes étaient exécutés sur place.

Son corps était retrouvé dans une fosse commune au stand de tir du Ministère de l’Air dans le XVe arr. Son inhumation eut lieu au cimetière de Vaugirard.

Considéré comme « victime du devoir » par la Direction générale de la police municipale, Philippe Chevrier fut cité à titre posthume à l’ordre de la Nation le 20 décembre 1944 et fait Chevalier de la Légion d’Honneur le 30 décembre. Le Gouvernement provisoire de la République Française présidée par le Général de Gaulle le cita à l’ordre de la Nation. Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France », et l’homologua FFI. Il fut inhumé au cimetière de Vaugirard à Paris XVe arrondissement.

Le nom de Philippe Chevrier figure sur les plaques commémoratives apposées : au 9-11, rue des Morillons, sur plaque commémorative de la Préfecture de Police de Paris IVe arr., au Musée de la police rue de la Montagne Sainte-Geneviève, sur le Monument aux morts de Jaulgonne (Ain) et au mémorial du Grand Orient de France 16, rue Cadet à Paris IXe arr.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170257, notice CHEVRIER Philippe, Élie par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 février 2015, dernière modification le 21 janvier 2019.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., KC 8. – SDH, Caen AC 21 P 44637. – Bureau Résistance : GR 16 P 128022. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – DAVCC, Caen (notes Th. Pouty). – Site internet GenWeb. — État civil en ligne cote FRAD001_EC_SERRIERES-DE-BRIORD_1898-1898, vue 3.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément