BRAS Jean-Marie

Par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

Né le 30 août 1899 à Etrelles (Ille-et-Vilaine), fusillé le 30 décembre 1942 au camp militaire de La Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) ; cheminot ; militant du Parti communiste clandestin.

Jean-Marie Bras, marié et père d’un enfant au début de la guerre, travaillait comme chauffeur à la SNCF à Rennes. Il avait commencé sa carrière à la compagnie de l’Ouest avant de travailler à l’Arsenal de Rennes puis revint aux chemins de fer. Dès la fin de l’année 1940, il distribua les éditions parisiennes et locales des journaux clandestins du Parti communiste. Membre de la branche militaire du PC clandestin, l’OS (Organisation spéciale), il participa dès avril 1942 à des sabotages de matériel de transport allemand. Il fit partie des premiers groupes Front national-Francs-tireurs et partisans français (FN-FTPF) mis en place aux ateliers et organisa des mouvements de grève. Lors de son arrestation le 13 juillet 1942 à Rennes, la police française retrouva du matériel clandestin dans son jardin. Jean-Marie Bras fut incarcéré à la prison Jacques-Cartier de Rennes où il retrouva plusieurs dizaines de militants arrêtés à la suite d’une grande opération de répression menée conjointement avec les services spéciaux allemands. Lors d’un procès commencé le 15 décembre, le tribunal militaire allemand FK 748 de Rennes le condamna à mort le 22 décembre pour « actes de franc-tireur ». Jean-Marie Bras a été fusillé quelques jours plus tard le 30 décembre 1942 à 9 h 20 avec vingt-quatre autres camarades.
À la Libération, le 25 janvier 1945, des obsèques officielles furent organisées au palais de justice de Rennes.

Lieu d’exécution : La Maltière, Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170294, notice BRAS Jean-Marie par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly, version mise en ligne le 2 février 2015, dernière modification le 14 août 2018.

Par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 167J13, 134W19, 1045W50. – DAVCC, Caen, B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – Jean Rolland, Mon combat pour la liberté, Éd. Le Baobab, 2013. – Renée Thouanel (sous la dir.), La Maltière (1940-1944), Saint-Jacques-de-la-Lande, 2012.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément