ROGER Lucien, Louis, Marie

Par Jacques Girault

Né le 19 novembre 1899 à Bouin (Vendée), mort le 13 avril 1986 à La Roche-sur-Yon (Vendée) ; instituteur en Vendée ; militant du SNI, secrétaire de la section départementale ; militant socialiste franc-maçon.

Lucien Roger était le fils de Bertrand Roger, maréchal-ferrant-forgeron, et de Lucie Giraudet, qui le firent baptiser et l’envoyèrent au catéchisme. Élève de l’école primaire supérieure de Chantonnay (Vendée), il entra à l’École normale d’instituteurs de La Roche-sur-Yon (Vendée) en 1915. Lors de son service militaire (avril 1918-mars 1921), il arriva au front le 11 novembre 1918.

A partir d’octobre 1921, il fut nommé dans diverses communes de Vendée où il initia les élèves au jardinage. Puis en 1930, il obtint un poste en classe unique au Poiré-sur-Vie qu’il occupa jusqu’en 1937. Avec l’amicale laïque, il organisa dans le village des soirées récréatives et fut à l’origine d’un club de football. Il fut ensuite nommé à La Roche-sur-Yon où il enseigna jusqu’à sa retraite.

Il se maria religieusement le 3 juin 1922 à La Barre-de-Monts (Vendée) avec une institutrice, Léontine Boeuf ; ils ne firent pas baptiser leur fille.

Syndiqué dès son entrée dans la carrière en octobre 1921, Roger fut élu membre du conseil syndical de la section du Syndicat national des instituteurs (CGT) puis du SNI unifié. Responsable du bulletin, il devint secrétaire adjoint de la section au milieu des années 1930. Délégué dans tous les congrès nationaux entre 1930 et 1939, il fit grève le 12 février 1934. Secrétaire adjoint de l’Union départementale CGT sous le Front populaire, il fut très actif dans la solidarité avec les républicains espagnols, tout en étant d’accord avec la non-intervention et la politique pacifiste du SNI.

Mobilisé en septembre 1939, Lucien Roger, fait prisonnier en juin 1940, fut libéré en octobre 1940. Franc-maçon (Loge « La fraternité vendéenne », Grand Orient de France) depuis 1934, il fut révoqué à la fin de 1940.

Lucien Roger devint le secrétaire général de la section départementale du SNI à la Libération et le secrétaire de la section départementale de la Fédération de l’Éducation nationale. Il intervint à la réunion du conseil national du SNI, le 27 décembre 1949, sur la question de la suppression des écoles annexes.

Après la guerre, il fut candidat au conseil municipal de La Roche-sur-Yon sur la liste présentée par la section socialiste SFIO.

Veuf, il se remaria uniquement civilement le 24 octobre 1966 à La Roche-sur-Yon avec une institutrice, Yvonne Cacouault.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170297, notice ROGER Lucien, Louis, Marie par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 février 2015, dernière modification le 4 avril 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Bulletin du SNI de Vendée, L’École libératrice. — Arc. Dép. Vendée ; état civil. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément