LEOST Maurice, Jacques

Par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

Né le 8 juillet 1923 à La Roche-Maurice (Finistère), fusillé le 30 décembre 1942 au camp militaire La Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) ; cheminot ; militant des Jeunesses communistes (JC) ; résistant, membre des FTPF.

Fils de Laurent Léost, cheminot et de Marie, Françoise Le Braz, garde barrière.
Maurice Léost était célibataire, il suivi une formation professionnelle à l’école des Chemins de Fer à Saintes (Charente-Maritime), travaillant par la suite comme ajusteur au dépôt de la SNCF à Rennes. Avec un camarade de travail, il partageait une chambre chez Madame Brossault, épicière mercière au 94 de la rue de Riaval. Sportif, il jouait au football.
Maurice Léost n’avait que dix-sept ans lorsqu’il adhéra aux JC commençant à distribuer tracts et journaux clandestins. Membre de l’OS (Organisation spéciale), puis des Francs-tireurs et partisans (FTP), il fit partie d’un groupe qui participa à la récupération d’explosifs à Saint-Pierre-de-Plesguen (Ille-et-Vilaine). En mars 1942, il participa à l’organisation d’attentats contre le siège du Rassemblement national populaire (RNP) et contre le bureau du parti collaborationniste « Le Francisme ». Il participa au groupe qui initia un attentat, le 22 juin 1942, contre des soldats de la Wehrmacht, boulevard Solférino à Rennes.
Avec trois autres FTP, Maurice Léost prépara minutieusement l’évasion de la prison de la rue Saint-Hélier de quatre communistes incarcérés. Il fut arrêté le 22 septembre 1942 à son domicile à Rennes par les services de la Sipo-SD. Condamné à mort le 22 décembre 1942, il a été fusillé à La Maltière le 30 décembre à 10 h 02 avec vingt-quatre camarades.
Maurice Léost avait 24 ans, il fut inhumé au cimetière de La Roche-Maurice à proximité du monument aux morts.
À titre posthume, Maurice Léost fut décoré de la Croix de chevalier de la Légion d’honneur, de la Médaille de la Résistance et de la Croix de guerre 1939-1945.
À la Libération, le 25 janvier 1945, des obsèques officielles furent organisées au palais de justice de Rennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170304, notice LEOST Maurice, Jacques par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly, version mise en ligne le 2 février 2015, dernière modification le 10 février 2021.

Par Alain Prigent, Renée Thouanel, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 167J13, 134W19, 1045W50. – DAVCC, Caen, B VIII 3, Liste S 1744 (Notes Thomas Pouty et Jean-Pierre Besse). – Renée Thouanel (sous la dir.), La Maltière (1940-1944), Saint-Jacques-de-la-Lande, 2012. – Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément