COUDERT Albert, René, Jean

Par Annie Pennetier

Né le 26 mai 1920 à Issertaux (Puy-de-Dôme), fusillé au stand de tir de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 20 décembre 1943 ; cultivateur ; résistant.

Fils de François Coudert, cultivateur, et de Léonie Victorine Pingouroux, ménagère, René (prénom usuel) Coudert, fut reconnu pupille de la Nation en juillet 1920. Célibataire, il était domicilié à Gague d’Isserteaux où il fut arrêté le 16 décembre 1943.

Il fait partie des vingt patriotes « morts pour la France » qui ont été fusillés au stand de tir du 92 e RI, à Clermont-Ferrand, le 20 décembre 1943, après avoir été torturés. Une répression qui faisait suite à la rafle dite de Billom qui a eu lieu quatre jours plus tôt.
Son cercueil portait le numéro 16.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué Interné résistant et FFI.

Son nom est gravé sur le Monument aux morts d’Issertaux.

Les fusillés de la nuit du 20 au 21 décembre 1943 sont : Pierre Barnier, Roger Bonnet, Gaston Bonniol, Louis Cornuéjouls, René Coudert, Jean-Baptiste Delavet, Bruno Einstein, Lucien Erny, André Jaffeux, Gabriel Lacour,, Jean Laroche, Armand Léoty, Jacques Meunier, Jean Perrain, Paul Picard, François Pradier, Pierre Pottier, Paul Sabatier, Roger Sommevialle et François Vaure.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170368, notice COUDERT Albert, René, Jean par Annie Pennetier, version mise en ligne le 5 décembre 2017, dernière modification le 12 avril 2020.

Par Annie Pennetier

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 145607 (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 731534 . — Notes de Jean Darracq. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément