EINSTEIN Bruno

Par Annie Pennetier

Né le 14 avril 1894 à Obbach en Bavière (Allemagne), exécuté sommairement au stand de tir du 92e RI à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 20 décembre 1943 ; chimiste ; résistant.

De nationalité allemande, Bruno Einstein était le fils de Theodor Einstein (décédé) et de Johanna Hazfelder. Il était marié à Marguerite Weiher, le couple n’avait pas d’enfant. Il travaillait comme chimiste en savonnerie.
Anti-nazi, il quitta l’Allemagne en 1933, après l’arrivée au pouvoir d’Hitler.
Engagé volontaire pour la durée de la guerre, du 13 décembre 1939 au 24 octobre 1940, à la Légion Étrangère, il servit en Algérie dans le 1er Régiment à Sidi-Bel-Abbès, (dernier grade : 2ème Classe, Réserve). Après avoir été libéré de son engagement contracté à la Légion Étrangère, il s’installa à Clermont-Ferrand puis vint résider au Chaffour à Billom (Puy-de-Dôme) .Il travaillait comme manoeuvre aux Établissements Pottier, scierie et menuiserie, dont le patron, le résistant Pierre Pottier avait embauché nombreux résistants et réfugiés. Incorporé dans le groupement de résistance de l’usine Pottier comme sizain, il participa à l’activité de ce groupement (coups de main, recel d’essence, d’armes).
Il a été arrêté le 16 décembre 1943 lors de la rafle à l’usine Pottier.
Il fait partie des vingt patriotes « morts pour la France » qui ont été fusillés au stand de tir du 92 e RI, à Clermont-Ferrand, le 20 décembre 1943, après avoir été torturé,dont six de l’usine Pottier. Son cercueil portait le numéro 7.
Son corps a été retrouvé après la Libération dans la fosse du 92e RI.
Au nom de la famille, le maire Antoine Dischamps demanda que la mention « Mort pour la France » figure sur le jugement intervenu le 17 octobre 1944 donnant lieu à l’acte de décès
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué FFI (avis de la commission d’homologation de Clermont-Ferrand le 28 mai 1947 : 2ème Classe,
avis de la commission nationale d’homologation le 1er août 1947 : 1ère Classe, prise de rang le 1er décembre 1943), Certificat d’appartenance aux FFI le 10 juillet 1951) et interné résistant IR par décision du 11 mars 1958.
Son nom est inscrit sur la stèle de l’usine Pottier et sur le monument aux "Morts de la guerre 1939-1945 et de la Résistance" de Billom (78 noms)

Les fusillés de la nuit du 20 au 21 décembre 1943 sont : Pierre Barnier, Roger Bonnet, Gaston Bonniol, Louis Cornuéjouls, René Coudert, Jean-Baptiste Delavet, Bruno Einstein, Lucien Erny, André Jaffeux, Gabriel Lacour,, Jean Laroche, Armand Léoty, Jacques Meunier, Jean Perrain, Paul Picard, François Pradier, Pierre Pottier, Paul Sabatier, Roger Sommevialle et François Vaure.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170370, notice EINSTEIN Bruno par Annie Pennetier, version mise en ligne le 5 février 2015, dernière modification le 26 novembre 2020.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— AVCC Caen 21 P 641133 (nc) . — SHD Vincennes GR 16 P 208073 (notes Geneviève Launay) . — Notes de Jean Darracq.—Manuel Rispal Billom 1941-1943 Editions Authrefois, 15130 Ytrac, 2013.— Mémoire des hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément