PRADIER François

Par Annie Pennetier

Né le 26 juin 1891 à Saint-Julien-de-Coppel (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement usillé au stand de tir de la prison allemande du 92e RI à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le 20 décembre 1943 ; cultivateur ; maire ; résistant.

Fils de Gabriel Pradier, cultivateur, et de Jeanne Pialat, François Pradier s’était marié le 24 septembre 1918 à Saint-Julien-de-Coppel avec Marie Marrer et était père de trois enfants. Cultivateur dans sa commune natale, il exerçait la fonction de maire. Arrêté à son domicile au Viallard, lors de la grande rafle de Billom et sa région, François Pradier a été interné à la prison allemande du 92 à Clermont-Ferrand.
François Pradier fait partie des vingt patriotes « morts pour la France » qui ont été fusillés au stand de tir du 92 e RI, à Clermont-Ferrand, le 20 décembre 1943, après avoir été torturés.
Son cercueil portait le numéro 5.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de son village Saint-Julien-de-Coppel ainsi que sur la plaque commémorative du stand de tir du
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué Interné résistant DIR et FFI.

Les fusillés de la nuit du 20 au 21 décembre 1943 sont : Pierre Barnier, Roger Bonnet, Gaston Bonniol, Louis Cornuéjouls, René Coudert, Jean-Baptiste Delavet, Bruno Einstein, Lucien Erny, André Jaffeux, Gabriel Lacour,, Jean Laroche, Armand Léoty, Jacques Meunier, Jean Perrain, Paul Picard, François Pradier, Pierre Pottier, Paul Sabatier, Roger Sommevialle et François Vaure.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170381, notice PRADIER François par Annie Pennetier, version mise en ligne le 14 mars 2018, dernière modification le 15 avril 2020.

Par Annie Pennetier

SOURCES  : Manuel Rispal, Billom 1941-1943, Éditions Authrefois, 2013.— Notes de Jean Darracq. — État civil en ligne cote 6 E 388 48, vue 3. — SHD Vincennes, GR 16 P 489820 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément