ROLLAND Robert, François

Par Jacques Girault

Né le 23 octobre 1938 à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) ; professeur ; militant communiste dans la Vienne ; militant du SNES et de la FSU dans la Haute-Vienne.

Claire et Robert Rolland en juillet 2013.
Claire et Robert Rolland en juillet 2013.

Fils d’un garde républicain mobile « d’aspiration “socialisante“ » et d’une couturière « croyante sans aucune pratique », Robert Rolland fut seulement baptisé. Il vécut à Limoges, puis à Nantes (Loire-Atlantique) où il entra à l’école primaire et fut élève du lycée Clemenceau jusqu’à la première. Il réussit au baccalauréat à La Roche-sur-Yon (Vendée) en 1956. Élève de classes préparatoires au lycée Henri IV de Poitiers, il fut admissible au concours de l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1959. Étudiant à l’Institut préparatoire de l’enseignement secondaire, il obtint une licence de Philosophie à la Faculté des Lettres de Poitiers. Adjoint d’enseignement « pour ordre » au lycée Gay Lussac de Limoges en 1962-1963, enseignant en fait comme maître auxiliaire de Philosophie et de Lettres au lycée Henri IV de Poitiers, reçu au CAPES en juin 1963, stagiaire au Centre pédagogique régional de Poitiers en 1963-1964, il fut nommé professeur certifié au lycée Léonard Limosin de Limoges, puis au lycée Auguste Renoir de Limoges de 1967 à sa retraite en 1998.

Membre de l’Union nationale des étudiants de France depuis 1956, Robert Rolland présida en 1957-1958 la corporation des classes préparatoires. Il adhéra à l’Union des étudiants communistes en octobre 1959. Secrétaire du cercle des étudiants en lettres en 1960-1961 puis secrétaire du comité de ville en 1961-1962, il fut le dirigeant qui s’opposa, avec ses camarades, à la ligne défendue par la direction nationale de l’UEC. Il adhéra le 25 mars 1961 au Parti communiste français. Il entra au comité de la fédération du PCF en 1962 et y resta jusqu’à son départ à Limoges. Il avait été sur la ligne de la fédération communiste selon le rapport de Claude Prévost envoyé à la direction du PCF en 1967.

Marié en juillet 1960 à Poitiers avec une étudiante à la Faculté des Lettres, fille d’une commerçante, Rolland, séparé en avril 1961, divorcé, se remaria en octobre 1965 à Limoges avec Claire Didelot (voir Claire Rolland), professeur certifiée d’anglais au lycée technique de Limoges, militante communiste. Ils eurent deux filles.

Robert Rolland, à Limoges, milita peu sur le plan politique. Partisan, contre l’avis de la fédération communiste, de la création d’une cellule communiste dans son lycée dont il fut membre, enseignant dans des écoles fédérales, il participait aux rencontres avec des catholiques de gauche dans le cercle Gramsci. Il se consacrait surtout à ses responsabilités syndicales après 1968. Favorable aux recherches théoriques de Louis Althusser, il voulait éviter la rupture avec les militants en désaccord avec la ligne majoritaire du PCF, participant à la « réputation méritée d’ouverture » de la fédération, il quitta le PCF au début de 1982. Il refusa de suivre d’autres dissidents limousins et « Je continue d’être considéré comme “communiste“ et ne m’en porte pas plus mal ».

Robert Rolland, adhérent au Syndicat national de l’enseignement secondaire depuis 1962 à Poitiers, secrétaire de la section départementale (S2) de Haute-Vienne du Syndicat national des enseignements de second degré, membre du bureau de la section (S3) de l’Académie de Limoges du SNES en 1970, fit partie de la commission paritaire académique des certifiés. Il était aussi membre de la commission administrative de la section départementale de la Fédération de l’Éducation nationale. A la naissance de la Fédération syndicale unitaire en 1993, il fut le secrétaire en Haute-Vienne de l’organisation et son coordinateur académique, avec une demi-décharge syndicale jusqu’en 1998.

Dans le cadre du développement du Conservatoire municipal de Limoges et de l’Orchestre de Chambre du Limousin nouvellement créé, Robert Rolland, au milieu des années 1970, devint le président de l’association “Musique en Limousin“ qui parraina les interventions musicales dans les établissements scolaires.

Pour combattre un projet de nouvelle route nationale 147 quatre voies, au lieu d’un aménagement de la RN existante, il créa une association de défense des riverains de Nieul, qui attira les riverains concernés de Couzeix et de Peyrilhac. Laissé à l’abandon, ce projet fut remplacé par celui, contestable et coûteux, d’une ligne ferroviaire à grande vitesse qui se raccorderait à la LGV SEA Tours-Bordeaux. Rolland militait activement dans le collectif « NON à la LGV Poitiers-Limoges et OUI au POLLT », (Paris-Orléans-La Souterraine-Limoges-Toulouse).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170394, notice ROLLAND Robert, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 février 2015, dernière modification le 29 mars 2021.

Par Jacques Girault

Claire et Robert Rolland en juillet 2013.
Claire et Robert Rolland en juillet 2013.
Robert Rolland, orateur dans une réunion en janvier 2014.
Robert Rolland, orateur dans une réunion en janvier 2014.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément