ROSPARS Alfred dit “Fred“

Par Jacques Girault, François Prigent

Né le 10 février 1925 à Landudal (Finistère), mort le 2 février 2008 à Brest (Finistère) ; instituteur ; militant du SNI dans le Finistère ; militant du PSU.

Fils d’un tailleur d’habits, d’une vieille famille d’agriculteurs, après avoir obtenu la certificat d’études primaires, Alfred Rospars devint apprenti tailleur puis renonça à cette formation, pour préparer le brevet au cours complémentaire de Pleyben (Finistère). En 1942, il réussit le concours d’élève-maître et effectua sa scolarité au lycée de Quimper (Finistère). Il s’engagea dans une organisation de Résistance animée par des militants du Parti ouvrier internationaliste.

Il se maria en septembre 1947 à Quemenéven (Finistère) avec Yolande Bloch, institutrice.

Après la guerre, militant du Parti communiste internationaliste et du groupe des “Amis de l’École émancipée“, avec son épouse Yolande, en 1951, il participa aux brigades internationale du travail en Yougoslavie, pour le triomphe d’un socialisme autogestionnaire. Instituteur à Plougasnou (Finistère), il devint membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs à la fin des années 1950, élu de la tendance “École émancipée“. Délégué au congrès national du SNI à Brest, dans la discussion du rapport moral, il demanda à être mieux informé sur la situation algérienne. En décembre 1959, il fut candidat aux élections du bureau national du SNI, en dernière position sur la liste « Pour un syndicalisme de combat et d’efficacité par les “Amis de L’École émancipée“ ».

Partisan de l’indépendance de l’Algérie, il participa aux luttes pour cette évolution. Après les accords d’Evian, avec son épouse il alla enseigner à Boufarik (Algérie) pour contribuer à l’autogestion que proposait Ben Bella. Après le coup d’État du 19 juin 1965, ils quittèrent l’Algérie pour la Côte d’Ivoire. Il devint par la suite directeur du Centre d’animation et de formation pédagogique de Bouaké jusqu’à sa retraite au début des années 1980. Il retourna alors en Bretagne avec son épouse.

Adhérent du Parti socialiste unifié, Ropars était proche d’ Yves Le Nouy, secrétaire de la section PSU de Saint-Jean-du-Doigt et Plougasnou. Membre du bureau de la fédération PSU, il était le responsable de l’enseignement.

Après son décès, un hommage lui fut rendu, le 6 février 2008, au crématorium de Brest.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170455, notice ROSPARS Alfred dit “Fred“ par Jacques Girault, François Prigent, version mise en ligne le 6 février 2015, dernière modification le 29 mars 2021.

Par Jacques Girault, François Prigent

SOURCES : Arch. Nat., 581AP/119. — Arch. Dép. Finistère. — Presse syndicale. — Note de Gilles Morin. — Témoignage d’Y. Le Nouy, transmis par Dominique Lemounaud, adjoint au maire de Plougasnou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément