ROULLET Marcel

Par Jacques Girault

Né le 6 octobre 1925 à La Chapelle-Saint-Martin (Savoie), mort le 17 février 2013 à Rumilly (Haute-Savoie) ; professeur dans l’enseignement technique court ; militant syndicaliste et communiste de Rumilly.

Son père, communiste depuis le congrès de Tours, chef d’un détachement de Francs-tireurs et Partisans français, fut arrêté en juillet 1944 et interné à la caserne Curial. Sa mère, institutrice, communiste, hébergea des résistants. Interne à l’école primaire supérieure de Chambéry (Savoie), suivant les cours au collège moderne de jeunes filles, Marcel Roullet prépara, à partir d’octobre 1941, le brevet supérieur, qu’il obtint en 1944.

Résistant avec des élèves de l’EPS depuis 1941, adhérent de l’Armée secrète en 1942, Marcel Roullet participa à la diffusion de la presse et à la récupération d’essence destinée aux maquis de la région. Engagé dans une compagnie de FTPF à Chambéry en février ou en mars 1944, responsable d’un groupe, il gagna le maquis pour échapper à la Milice et organisa le maquis FTP du Sauget à Thoiry, début juin 1944. Chef de groupe au camp du col des Près puis au camp FTP du col des Bornettes, il participa à la lutte armée lors de l’attaque des Bauges par les troupes allemandes qui provoqua la dispersion du maquis. Clandestin à Chambéry à partir du 11 juillet, il fut adjoint au chef du service de renseignements et agent de liaison. À la Libération, engagé pour la durée de la guerre dans l’infanterie, avec l’école des cadres FFI, il participa à la campagne des Vosges et fut démobilisé à Chambéry, en décembre 1945 comme sergent. Il évoqua en 2012 des souvenirs de cette période dans des DVD, "Résistances dans les Alpes".

Marcel Roullet devint, en janvier 1946, moniteur d’enseignement général à titre provisoire au centre d’apprentissage de Rumilly, puis fut titularisé professeur dans l’établissement devenu collège technique où il enseigna jusqu’à sa pré-retraite en 1983.

Il se maria en septembre 1946 à Chambéry avec Suzanne Bouvard, sans profession, membre des Jeunesses communistes à Chambéry (1944-1946), du bureau de la section communiste de Rumilly, responsable de l’Union des femmes françaises et membre du Mouvement de la Paix. Le couple eut quatre enfants.

Marcel Roullet, membre du Syndicat national de l’enseignement technique professionnel CGT depuis mars 1946, fut le secrétaire de la section départementale du syndicat de décembre 1947 au milieu des années 1950. Membre du bureau de la section et de la commission administrative du SNETP dans l’académie de Grenoble depuis 1947, il le demeura jusqu’en 1983. Il fut aussi membre des CA de l’union départementale CGT pendant une dizaine d’années et de l’union locale CGT de Rumilly.

Membre des Jeunesses communistes en août 1944 à Chambéry, puis du Parti communiste français à Rumilly, Marcel Roullet, membre du bureau de la section communiste, le 2 mai 1948, devint membre du comité fédéral puis du bureau fédéral. À la fin des années 1940, il était quatrième puis troisième secrétaire fédéral, selon les listes communiquées par la fédération à la direction du PCF, chargé de la propagande jusqu’en 1956. Lors de la conférence fédérale de 1956, disposant de peu de temps et distant du siège de la fédération, il fut réélu seulement au bureau fédéral, responsable de l’éducation, où il resta jusqu’en 1963. Devenant alors seulement membre du comité fédéral, il fut désigné pour siéger à la commission fédérale de contrôle financier en 1965-1966, affectation qu’il refusa. Il redevint alors secrétaire de la section communiste de Rumilly.

Marcel Roullet fut candidat au Conseil général dans le canton de Rumilly en avril 1958 (460 voix, quatrième position sur 7654 inscrits), en 1964, en 1970, en 1976 (540 voix), en 1982 (268 voix, quatrième position). Aux élections municipales de Rumilly, toujours candidat, il conduisait parfois la liste présentée par le PCF. Il effectua un mandat (1983-1989), avec un autre communiste, élus sur la liste d’Union de la Gauche.

Marcel Roullet quitta le PCF pour militer dans la section de Rumilly de la « coordination communiste » qui, à partir du 21 avril 2000, à l’unanimité, cessait son affiliation au PCF, pour réagir contre la « mutation » engagée sous la direction de Robert Hue et pour « recréer une organisation » de lutte de classe.

il avait été membre de la commission administrative départementale de la Fédération des conseils de parents d’élèves et de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance. Il participa aussi pendant une vingtaine d’années au bureau de la Maison de la Jeunesse et de la Culture de Rumilly et fut membre actif du Cercle d’action laïque.

Marcel Roullet, veuf depuis 1996, fut membre de la commission administrative départementale des retraités CGT de 1985 à 2005, tout en militant, dans la même période, dans la section « multi-pro » de l’union locale CGT de Rumilly. En 2007, toujours membre de l’ANACR, il faisait aussi partie du bureau du groupe départemental « Loisirs et solidarité des retraités de la CGT ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170533, notice ROULLET Marcel par Jacques Girault, version mise en ligne le 9 février 2015, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé. — « Résistances dans les Alpes », DVD réalisés par Bernard Favre, Cinémathèque des Pays de Savoie et de l’Ain, 2012. — Notes de Jean-Paul Dunoyer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément