BOISARD Pierre, Émile, Jules, René

Par Bruno Béthouart

Né le 19 janvier 1928 au Lion-d’Angers (Maine-et-Loire), mort le 17 mai 2008 à Paris (XIIIe arr.) ; conservateur aux Archives nationales, administrateur civil au ministère des Affaires sociales ; secrétaire général du syndicat CFTC des Archives, président du syndicat CFTC maintenue de l’Éducation nationale, de la Recherche et des Affaires culturelles, vice-président de la CFTC maintenue.

Dernier d’une famille de six enfants dont le père, Jules Boisard, était ouvrier maçon et la mère, Renée née Sigogne, lingère, Pierre Boisard vécut son enfance au sein d’une famille aux convictions solides : les parents étaient tous deux mutualistes chez les « Prévoyants de l’Avenir » et catholiques convaincus engagés dans les œuvres paroissiales. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires, dans le cours de sa scolarité à l’Institution libre de Combrée dans le Maine-et-Loire, il décida de devenir moniteur de colonies de vacances de 1940 à 1950 puis participa à partir de 1944 à la JEC. Tout en travaillant comme garçon de café dès 1947 puis comme surveillant au collège Stanislas à Paris de 1947 à 1950, il entreprit des études de Lettres, obtint la licence puis un diplôme d’études supérieures latines à la Sorbonne en 1950. Durant son parcours universitaire, il fréquenta le Centre Richelieu du père Charles, fit partie des Étudiants catholiques de Sorbonne. II dut interrompre ses études durant quatre années à cause de la tuberculose. Ayant pu reprendre son cursus scolaire, il devint archiviste-paléographe en 1958 après avoir suivi les cours de l’École nationale des Chartes pendant quatre années en participant également au groupe des Étudiant catholiques. Choisi comme président de l’association des élèves de l’École nationale des Chartes, Pierre Boisard, à ce titre, participa aux travaux de l’UNEF et de l’Union des Grandes Écoles. Après avoir occupé le poste de conservateur aux Arch. Dép. Seine et de la ville de Paris de 1958 à 1967. il entra aux Archives nationales où il occupa les mêmes fonctions de 1967 à 1981. Il devint alors administrateur civil au ministère des Affaires sociales jusqu’en 1993.

D’abord membre de la Fédération de l’Éducation Nationale en 1958, il choisit la CFTC à partir de 1960 après avoir, dès 1958, adhéré au MRP où il considérait Jules Catoire comme un de ses « pères ». Rapidement appelé au secrétariat général du syndicat CFTC des Archives, il participa au comité national du SGEN (Syndicat général de l’Éducation nationale) et fit partie en 1964 des 19 militants parmi lesquels figuraient Joseph Sauty, Jacques Tessier, Jean Bornard, tous poursuivis devant les tribunaux par la CFDT pour avoir « maintenu » la confédération dans son ancien statut. Il fut le président-fondateur, cette année-là, du syndicat CFTC de l’Éducation nationale, de la Recherche et des Affaires culturelles dont il devint le président d’honneur en 1991, Il participa au Conseil confédéral de la CFTC ainsi qu’à tous les congrès nationaux et fut élu vice-président confédéral de 1971 à 1981.

Marié à Paris (XVe arr.) le 6 juillet 1957, père de trois enfants, il partageait avec son épouse, née Geneviève Salleron à Paris le 27 septembre 1931, les mêmes convictions syndicales chrétiennes. Celle-ci fut en effet responsable de la section CFTC pour les bibliothèques. Archiviste paléographe, bibliothécaire puis conservateur, elle devint conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de 1958 à 1987 puis directeur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de 1987 à 1995 avant d’être nommée inspecteur général des Bibliothèques de 1995 à 1997.

Secrétaire général de la Société d’Histoire de Paris et de l’Île-de-France entre 1959 et 1968, Pierre Boisard participa au bureau de l’Association internationale de la Sécurité sociale de 1971 à 1992 et présida de 1974 à 1992 l’Association pour l’Histoire de la Sécurité sociale qui comptait Jean Maitron parmi ses membres. Il fut élu et réélu président de la Caisse nationale des Allocations Familiales de 1967 à 1992 et, à ce titre. participa durant cette période aux travaux du Plan et du Haut Comité de la Population et de la Famille ainsi qu’à ceux du Conseil supérieur du Tourisme dont il fut membre de 1969 à 1992. Il fut présent tous les trois ans depuis 1971 aux assemblées générales, à de nombreuses autres réunions de l’Association internationale de Sécurité sociale et aux rencontres de l’Union internationale des organismes familiaux. Toutes ces activités l’ont amené à publier de nombreux articles dans des revues d’histoire nationale, locale ou ayant trait à la Sécurité sociale, dans les journaux syndicaux de la CFTC, dans les publications de la Caisse nationale des Allocations familiales. dans des revues ou des ouvrages collectifs au sujet de l’enseignement social de l’Église publiés en France, en Italie, en Suisse et en Belgique. I1 a notamment rédigé, en 1964, la première brochure de l’Institut syndical de la formation CFTC sur les principes sociaux-chrétiens. Catholique convaincu, cet officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite, fut membre de la commission sur les réductions des inégalités des Français face aux loisirs et aux vacances en 1977, participa à la commission mixte « culture et immigration » présidée par Jean Fernand-Laurent, ministre pléinipotentiaire en 1979-1980 et assura la présidence d’Évangile et Société de 1978 à 1992 ainsi que celle du Secours catholique de 1992 à 1995.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17061, notice BOISARD Pierre, Émile, Jules, René par Bruno Béthouart, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 28 juillet 2009.

Par Bruno Béthouart

SOURCES : Jacques Tessier, La CFTC. Comment fut maintenu le syndicalisme chrétien, Fayard, 1987. — « Cent ans de syndicalisme chrétien, 1887-1987 », supplément à Syndicalisme CFTC, n° 229, novembre 1987. — Jacques Tessier, Marxisme ou doctrine sociale chrétienne ? Trente années de confrontation en France, Fayard, 1992. — Franck Georgi, L’invention de la CFDT 1950-1970, Éditions de l’Atelier/CNRS Éditions, 1995. — Paul Vignaux, De la CFTC à la CFDT (syndicalisme et socialisme), Éd. ouvrières, 1980. — Témoignage personnel de Pierre Boisard, courrier du 20 septembre 1997 et du10 décembre 1997. — Le Monde, 2008. — État civil du Lion-d’Angers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément