HAVARD Michel

Par Jacques Defortescu

Né l e 17 juin 1933 à Bolbec (Seine-inférieure, Seine-Maritime), mort le 21 février 2013 à Bolbec ; ouvrier de la chimie ; militant associatif, syndical et politique ; maire communiste de Bolbec de 1988 à 1995, puis de mars 2001 à mars 2008.

Michel Havard
Michel Havard

Michel Havard rentra à seize ans chez Esso à Port Jérôme (Seine-Maritime) en qualité d’aide chimiste. Dès son retour de la guerre d’Algérie, il s’engagea comme militant syndical CGT. il fut de 1967 à 1987 délégué du personnel et Secrétaire du Comité d’Établissement.

Michel Havard a aussi été, sa vie durant, un militant de l’éducation populaire et de l’école de la République. Au sein du Comité d’Action Laïque ou de la Fédération des Conseil de Parents d’ Élève, ses premiers engagements, puis comme Délégué Départemental de l’Éducation Nationale.

Le 27 mars 1977, il fut élu conseiller municipal de Bolbec. « Je suis passé directement de conseiller municipal à maire », disait-il quelques fois. C’est à ce moment qu’il décida de rejoindre le Parti Communiste Français.

En 1977, Michel Havard avait en effet été de celles et ceux qui avait contribué à ouvrir une nouvelle page de l’histoire de Bolbec. Il siégeait alors dans l’équipe du précédent maire, Paul Belhache auquel il succéda, comme maire, en 1988. Il fut maire jusqu’en 1995. Il fut battu par Pierre Roussel, maire divers droite, conseiller général du Canton de Bolbec (1982-2008). Michel Havard fut réélu maire de mars 2001 à mars 2008.

Comme maire, il avait instauré la distribution de dictionnaires aux écoliers, à la fin de l’année scolaire, développé l’aide aux devoirs et initié un contrat éducatif local rassemblant de nombreux partenaires, afin de permettre aux jeunes bolbecaise et bolbecais de développer toutes leurs potentialités, à l’école et autour.

Bolbec était alors confrontée à la « fin » du textile, un des poumons économiques de ce territoire du Pays de Caux. Elle vivait les douloureux prémices d’une compétition mondiale, qui préfigurait le recul de cette industrie. Cela aurait pu être fatal à Bolbec. Mais, avec la majorité municipale de gauche, Michel Havard avait contribué à redresser Bolbec.

Au cours de ses mandats Michel Havard a ainsi œuvré pour l’implantation de nouvelles entreprises et a bataillé pour que la nouvelle autoroute A29 dispose d’une sortie permettant d’y raccorder directement Bolbec. Cela a notamment permis la création de la zone d’activités de Bolbec/Saint-Jean.
Président du Syndicat d’Eau de la Vallée du Commerce, Michel Havard avait initié avec le président de la communauté de communes du canton de Bolbec, la station de filtration de Gruchet-le-Valasse, afin de lutter contre les problèmes de turbidité de l’eau qui existait alors. Des services de proximité et des équipements publics de qualité avait été développés sous son impulsion : la maison de quartier de Fontaine Martel, d’abord, puis l’équipement du Champs des Oiseaux, où se sont multipliées les activités culturelles et de loisirs, avec la volonté de créer du « lien social » comme l’indique le nom du service municipal qui fut créé à cette époque.
Son ambition sociale se traduisit par de nouveaux services en direction de la petite enfance : halte-garderie puis maison de l’enfance et de la famille. Et comme président du Conseil d’administration de l’hôpital, il contribua à la création d’un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes, à Bolbec.
Le sport n’était pas en reste, dans sa politique, avec la construction de la salle Anquetil, du stade Carlier ou la réalisation d’équipements modernes comme le terrain synthétique de Tetlow où la piste de BMX, au Val aux Grès. Sa politique culturelle était innovante, à l’image de la création du pôle des musiques actuelles et des studios de répétition.

Michel Havard était attaché au patrimoine architectural et industriel de Bolbec. Avec son équipe, il lança l’acquisition du site Desgenétais et développa une politique de rénovation de l’habitat ancien. Il l’était tout autant au cadre de vie et au fleurissement de la ville, ce qui a valu à Bolbec d’obtenir la distinction des « trois fleurs » qui fit la fierté de tous les habitants.
Son soutien à la vie associative, sportive, culturelle permit de créer des synergies, entre tous, à l’image de la fête de l’Esplanade qu’il avait initiée.
Marié , Michel Havard eut quatre enfants .

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170747, notice HAVARD Michel par Jacques Defortescu, version mise en ligne le 16 février 2015, dernière modification le 7 février 2019.

Par Jacques Defortescu

Michel Havard
Michel Havard

SOURCES : Notes de Jacques Defortescu.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément