LAFARGE Domnolet

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret

Né le 14 mai 1901 à Limoges, exécuté sommairement le 26 mars 1944 à Brantôme (Dordogne) ; tourneur sur métaux à l’Arsenal de Limoges (Haute-Vienne) ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

Il fut le chef du groupe puis du détachement FTPF "Jacques Solomon" de l’Arsenal de Limoges (usine Gnome et Rhône) – 26 hommes – à partir du 15 juillet 1943 (pseudo Gustave). Il organisa et dirigea l’attaque contre les pylônes électriques de l’usine le 11 novembre 1943.
Il fut arrêté à son domicile le 20 mars 1944 à Limoges, rue Bernard de Ventadour, en même temps que sa femme Jeanne, née Trarieux et que Georges Lassalle (qui semble avoir été hébergé chez eux à partir de mars 1943), chef de l’État-major interrégional FTPF, exécuté avec Domnolet Lafarge le 26 mars 1944.
Suite à l’exécution de trois officiers allemands, vingt-cinq détenus de la prison de Limoges (Haute-Vienne), résistants et pour certains juifs, furent pris comme otages et emmenés à Brantôme (Dordogne), dont Domnolet Lafarge, âgé de 43 ans. Les Allemands saisirent aussi sur les lieux un domestique de ferme. C’est donc vingt-six personnes qui furent exécutées le 26 mars 1944 dans une ancienne carrière désaffectée des environs de Brantôme, au lieu-dit Besse des Courrières.
Domnolet Lafarge fut inhumé à Limoges au cimetière de Louyat, le 29 septembre 1944.
La rue Bernard de Ventadour a été rebaptisée Domnolet Lafarge.
Son épouse, Jeanne Lafarge, née le 7 janvier 1906, ouvrière en chaussures, membre de l’État-major départemental FTP fut déportée le 18 avril 1944 à Ravensbrück puis Neuengamme. Survivante, elle est décédée le 10 février 1988 à Limoges.

Voir  : Brantôme (Dordogne), 26 et 27 mars 1944.. Le plus connu des 26 fusillés est Georges Dumas.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170829, notice LAFARGE Domnolet par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret, version mise en ligne le 21 février 2015, dernière modification le 6 septembre 2017.

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin, Bernard Pommaret

SOURCES : IR 1208 08163 — Archives Municipales Limoges 4 H 37 – 142 — ADIRP87 — Dossier CVR 87 (CVR 9118) — SHD GR 16P 328582 — Site Internet resistancefrancaise. — Mémorial GenWeb.— Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, la traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-Avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, pp.108-109 ; 399.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément