WRONSKI Casimir

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

Né le 6 février 1899 à Berwind (?), massacré le 26 mars 1944 à Brantôme (Dordogne) ; menuisier ; victime civile d’origine juive.

Réfugié au Change (Dordogne), Casimir Wronski fut arrêté au château de Pratz à Montrem (Dordogne) le 19 mars 1944. Interné à Périgueux, il fut ensuite transféré à Limoges (Haute-Vienne).

Suite à l’exécution de trois officiers allemands, vingt-cinq détenus de la prison de Limoges, résistants et pour certains juifs, à l’instar de Wronski, furent pris comme otages et emmenés à Brantôme (Dordogne). Les Allemands saisirent aussi sur les lieux un domestique de ferme, résistant du Calvados réfugié en Dordogne. C’est donc vingt-six personnes qui furent exécutées le 26 mars 1944 dans une ancienne carrière désaffectée des environs de Brantôme, au lieu-dit Besse des Courrières.

Sa tombe est à Brantôme.

Les plus connus des fusillés sont Georges Dumas et Georges Lassalle.

Voir Site de massacre : Brantôme (Dordogne), 26 et 27 mars 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article170842, notice WRONSKI Casimir par Claude Pennetier, Dominique Tantin, version mise en ligne le 21 février 2015, dernière modification le 18 janvier 2019.

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

SOURCES : Site Internet resistancefrancaise. — Mémorial GenWeb.— Bernard Reviriego, Les juifs en Dordogne, 1939-1944, Périgueux, Archives départementales de la Dordogne, Éditions Fanlac, 2003, p. 498. — Guy Penaud, Les crimes de la division Brehmer, la traque des résistants et des juifs en Dordogne, Corrèze, Haute-Vienne (mars-avril 1944), Périgueux, Éditions La Lauze, 2004, pp.109, 399.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément